Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 25 décembre 2011

Contes à rebours J-7

Pour le pourquoi du comment de la chose voir la note du 20 décembre ICI guirlandegif.gif

 Juin 2011 

contes à rebours 

 

"Où l'on découvrait que les problèmes de circulation ne datent pas d'aujourd'hui !"

 

 

Le Rocher de la Dispute

rocher,dispute,la salée,barouquier,la rouveyrasse,régordane,charretiers,chemin,aphyllante,lièvre,moutons

 Il fut un temps où la 2x2 voies n'existait pas, où la RN106 n'était même pas dans les cartons de projets de l'Etat, où les voitures certes avaient des chevaux, mais qui carburaient au picotin d'avoine. Et, cependant les conducteurs de ces équipages avaient déjà un caractère bien affirmé, pour ne pas dire agressif, ce qui n'irait pas en s'arrangeant au fil des siècles...

 

Il existe un lieu-dit sur la commune qui s'appelle "Le Rocher de la Dispute"

HPIM1186.JPG

Pourquoi un tel nom ?

C'est une histoire qui est racontée de génération en génération dans la famille Teissier de Lavol, et grâce à Jean-Pierre qui me l'a rapportée et à Christian qui m'a emmenée sur les lieux, vous aussi vous allez découvrir un pan de la "petite histoire Boucoirannaise"

Les Romains, grands bâtisseurs de routes devant Jupiter, ont donc tracé la Voie Régordane qui de Nîmes en passant par la Gardonnenque, Alès et Villefort, gagnait la Gaule centrale. Une deuxième voie importante, partant aussi du pied des arènes, se dirigeait vers le Pays de Gabales (cliquez ICI si vous voulez en savoir plus) en suivant à peu près le tracé de la route d'Anduze actuelle, via Gajan et Lédignan

carte rocher dispute.JPG

Des voies secondairesque Jean Yanne aurait tout autant renié que nos routes départementales - servaient de bretelles à ces artères principales. L'une d'entre elles, s'amorçait sur la Régordane à peu près 500m avant le pont de Ners -à hauteur donc du hameau de Lavol- et par la Combe de Barouquier, et la Rouveyrasse rejoignait la rive du Gardon vers le rond point actuel. De là par Maruéjols et Lédignan on retombait sur la route d'Anduze et de Gabales

HPIM1228.JPG

Ces chemins ont servi longtemps après que les Romains soient rentrés chez eux s'occuper de leurs papes

HPIM1210.JPG

La piste n'est pas large, juste le passage d'une charrette. Pour se croiser il fallait y mettre un peu du sien et empiéter sur le bas-côté

HPIM1208.JPG

 Sauf qu'en haut de la côte, juste avant de redescendre vers le Gardon, il y a une barre rocheuse qui interdit tout croisement

HPIM1204.JPG

la montée

HPIM1203.JPG

le sommet

HPIM1191.JPG

la descente vers le Gardon

Il parait que déjà en ce temps-là (on va dire du temps où qu'y avait encore des rois en France...) c'était "priorité à la montée". Mais le charretier qui "descendait" ne l'entendit pas de cette oreille. Quelle mouche l'avait piqué ? Celle du coche assurément pour qu'il fit autant sa tête de mule. Il entreprit de descendre alors qu'un autre équipage montait. Inévitablement celà coinça, grinça, avança, reculas'entêta, s'accrocha... et jura comme... des charretiers. Mais aucun ne céda, enfin jusqu'à ce qu'un des deux (l'histoire n'a pas retenu lequel) fiche un grand coup de gourdin sur la tête de l'autre, au point de l'occire ! C'est qu'en ce temps-là, mes braves gens, on ne plaisantait pas au coin des bois !

Désolée, je n'ai pas de photos de la dispute, il faisait nuit, la lune n'était pas encore levée et le chemin n'était pas éclairé ;-D

Et le nom de "Rocher de la Dispute" resta à ce lieu, tout à fait paisible au demeurant, lors d'une matinée fleurie et ensoleillée d'avril, quand le hérisson bleu et son escorte (Billy et Christian) y firent halte

HPIM1181.JPG

Puisque qu'on était là, pourquoi ne pas partir à la découverte de la "Font de Barouquier" comme l'appelait toujours André Bonbonnelle, qui connaissait "ses bois" aussi bien que le fond de sa gamate

Et savez-vous que la limite des communes de Boucoiran et Maruejols passe par le lieu-dit de "La Bouteille" ? Pourquoi me demanderez-vous ? Pour une raison toute simple : notre ami Ulysse et son copain Gibus crapahutant dans les garrigues Gardoises pour une fois, voulurent marquer le coup et burent un coup à notre santé. Et une fois le flacon vidé, ils le retournèrent sur une branche d'èouze (chêne vert) pour rappeler cet instant mémorable ! Comment j'invente ? mais pas du tout, allez-y voir : elle y est la bouteille... vide et retournée ;-DDD

Bon revenons à nos moutons, heu non à notre "font", les moutons c'est plus loin... C'est donc aux confins de la Bruyère et de la Combe du Four que par un chemin plus étroit encore que celui qui avait provoqué la dispute, et qu'au milieu des bartas (ronces) nous trouvons la source de Barouquier, qui à cette époque-là coulait encore (en avril, juste un fil...)

HPIM1234.JPG

HPIM1242.JPG

Quitte à avoir un spécialiste des bois sous la main et le véhicule ad hoc (c'est Milou -heu non Billy- qui était ravi) nous avons poussé un peu plus loin en territoire ennemi (commune de Maruéjols) sur les crêtes, jusqu'à la Salée

HPIM1263.JPG

Et pourquoi La Salée ?

Pfou ! ce que vous pouvez être curieux quand même ! Bon je vous le dis mais c'est bien parce que c'est vous ;-)

HPIM1278.JPG

HPIM1265.JPG

oh ! on voit le Gran Ran depuis La Salée

Et bien à La Salée du temps où il y avait de grands troupeaux de moutons dans le canton (c'est pas si vieux que ça, milieu du siècle dernier) on répandait du sel sur les pierres pour les bédigues (brebis) qui en sont galavardes (gourmandes)

D'autres galavards sont passés par là récemment,... et ont laissé des traces

HPIM1272.JPG

HPIM1274.JPG

Des pétouliés,... de lèbres

Enfin, en principe les lièvres ne font pas des pétouliés (des petits tas de pétoules), ils disséminent leurs crottes n'est-ce pas ! Et là c'est le spécialiste Christian qui parle ! et le Hérisson Bleu écoute... sauf quand il me dit que la lèbre (ben oui c'est féminin en patois même si c'est un mâle !) est friande de ces fleurs bleues toutes fines. Alors là c'est moi qui sort ma "science garriguesque" en lui apprenant le nom de cette plante : l'Aphyllanthe de Montpellier, dont parait-il, les gamins d'autrefois suçaient le calice sucré comme des bonbons. Encore des galavards !

Et pour finir lequel pountchoune (pique) le plus à votre avis ? le barbelé ou l'argelas (genêt scorpion). Il aurait fallut demander à Steve McQueen (mais si... dans la Grande Evasion !)

HPIM1193.JPG

En tout cas le second est plus esthétique !

HPIM1178.JPG

Et voilà : encore une belle balade de faite, on rentre au bercail,... jusqu'à la prochaine !

Sources : "remontons la Gardonnenque" d'André Bernardy pour tout ce qui est "Histoire"

 "la garrigue grandeur nature" de JM Renault pour tout ce qui est flore

 le reste n'engage que la responsabilité de la narratrice, qui vous autorise à cliquer sur les photos pour les agrandir

 Merci quand même à Jean-Pierre Teissier pour l'histoire du Rocher de la Dispute et à Christian pour la visite commentée.

Et Billy dans tout ça ? ben il s'est contenté de suivre ;-)

 
 

Commentaires

Encore et encore, ce n'est pas croyable que ce village puisse avoir autant d'histoire sur son territoire, sur se qu'il s'y faisait il y a fort longtemps, mais des histoires vraies, de celle qui tiennent en halène tout l'auditoire de la commune.
-Bien dommage que ceux qui ne possèdent pas le net ne puissent en profiter.
-Mais une petite idée comme ça, et si ces histoires du passé étaient publiées un jour ou l'autre dans le bulletin municipal! une par bulletin, comme ça un plus grand nombre pourrait en profiter, je pense entre autre aux anciens.

Écrit par : bernard | lundi, 27 juin 2011

Tous les petits villages ont leurs petites histoires Bernard, c'est ce qui fait leur charme.

Et je ne connais pas le quart de celles sur Boucoiran, et les anciens s'en vont, et les nouveaux n'en ont rien à fiche (enfin en majorité) d'un passé qui ne leur évoque rien.

Heureusement qu'il y en a qui les ont consignées par écrit (je pense à Bernardy)
Et je déplore aussi que les "anciens" ne puissent avoir accès à Internet mais qu'y faire...

Et merci pour l'idée : je vais faire le contraire de ce que vous préconisez : je mettrai en ligne une histoire sur Boucoiran parue dans le bulletin municipal de cette année ;-DDD

Écrit par : Pat | lundi, 27 juin 2011

Le Rocher de la Dispute j'y suis allé il y a qq mois c'est Jean Pierre bien sur qui me l'a fait découvrir .
il est important que nos "vieux" nous fasse connaître toutes les histoires du village et qq fois leur histoire , c'est notre patrimoine .
rien que sur le hameau de Lavol il y a beaucoup de choses à découvrir et habitant là depuis 29 ans je ne connais pas tout loin de la , ton récit m'a permis de bien me réveiller ce matin et d'apprendre encore des détails inconus pour moi.
Merci PAT et tes aides.

Écrit par : REGIS | mardi, 28 juin 2011

Merci Régis,
Jean-Pierre ? il vaut à lui seul tous les programmes télé et Internet réunis, il a toujours quelque chose à raconter, un objet à montrer et c'est dit avec une telle faconde, on y passerait des heures...
Il faut absolument aller lui rendre visite lors de l'expo artistique qui a lieu dans son mas en ce moment, tout vaut le détour : les lieux, le micocoulier, les objets agricoles anciens, la collection de bouteilles qui s'agrandit d'années en années, et bien sûr les diverses œuvres d'arts bien mises en valeur par le cadre
A bientôt à Lavol donc

Écrit par : Pat | mardi, 28 juin 2011

Ben voilà !!! encore une note fort bien documentée, quel travail !!!
Salut l'artiste !!! Pat, tu excelles en ce domaine.
Salut aussi à tous tes collaborateurs.

Écrit par : Arécol | mardi, 28 juin 2011

pff : 2 mois de maturation et plus de 3h de boulot !
Mais quand on aime on ne compte pas ;-)

Écrit par : Pat | mardi, 28 juin 2011

merci, j'aime beaucoup continuez en fait c'est un lien bonne journée elsa

Écrit par : elsa sobrino | mardi, 28 juin 2011

Bonne journée à vous aussi Elsa

Écrit par : Pat | mardi, 28 juin 2011

Heureusement que quand on aime : "on conte"
hi ! hi ! hi !

Écrit par : Oncle Vania | mardi, 28 juin 2011

Encore une belle balade!!!Quel plaisir le matin de découvrir les bois de mon enfance....Mais j'avoue que je ne connaissais pas l'histoire, ni les lieux....à faire donc absolument. Merci Pat, pour tous ces chemins de randonnées!!!!

Écrit par : Magali de Gannat | mardi, 28 juin 2011

J'ai adoré cette histoire du rocher de la dispute. Tu sais comme j'aime tout ce qui touche à notre histoire et patrimoine. Par contre attribuer la voie régordane aux Romains ! Ca non alors ! Elle existait bien avant eux (lire l'excellent livre sur les chemins à travers les siècles en Languedoc). Certes ils l'ont entretenue et peut-être améliorée, mais ça m'étonnerait fort que ce soit eux qui aient creusé le fameux rocher... de la dispute (on va pas se disputer hein ?). D'ailleurs "régordane" vient du celte et non du latin, un signe, non ?
Et puis hé, je croyais moi que c'était un lieu de débauche, ce rocher des dix p...:-)

Écrit par : la calmette | mardi, 28 juin 2011

Merci Jack de votre passage au Pied de la Tour
Vu que je n'étais pas là à l'époque ou alors j'ai pas bien relu mes mémoires, je me suis fiée à ce cher Bernardy pour la Voie Régordane, mais je n'ai JAMAIS ECRIT qu'elle passait par le rocher de la dispute, relisez-bien ma prose !
De toute façon en Gardonnenque le tracé de la Voie Régordane est un sujet... à dispute !

Écrit par : Pat | mardi, 28 juin 2011

Biographie de Bernardy
il était ingénieur principal a EDF a fait une grande partie de sa carrière dans las Alpes Maritimes

- il a écrit 12 ouvrages
A la recherche de la villa de Tonance
Euzet,mon pays
Saint-Jean de Gardonnenque
Remontons la Gardonnenque
Les sobriquets collectifs
Visitons les cevennes
Visitons de Nimes à la Camargue
Itineraires protestants dans le Gard
Les garrigues Gard et Ardèche
Heurs et malheurs de l'academie de Nimes
Les artistes Gardois 1820-1920
Visitons Nimes et ses environs

Écrit par : bernard | mardi, 28 juin 2011

Autre précisions a son sujet
-il avait un fort bel appartement aux jardins de la fontaine a Nimes
-une maison agréable à St Jean du gard et une maison a Boucoiran avec ses beaufs
-il était marie sans enfant a une Jeanne Gigord

cette Jeanne avait pour frère Jean Gigord mon parrain garde des eaux et forêt de Villefort
une soeur Alice épouse d'un Venton
une soeur Yvonne vieille fille d'Alès
une soeur Odette mariée a un Roger Montaner, elle chef comptable chez Laden a Paris, lui petite affaire de taxi, ces Montaner ont eu un garçon carrière a Toulouse qui lui a eu une fille et un garçon, ce dernier chef d'agence du ML a Alès et maintenant a Nimes

Écrit par : bernard | mardi, 28 juin 2011

Merci pour ce mémoire "familial" Bernard

Écrit par : Pat | mardi, 28 juin 2011

Ce qui est épatant c'est la note bien sur, mais ce sont aussi les commentaires. Le lecteur que je suis prend un très grand plaisir à s'instruire et se divertir Au pied de la tour.

Écrit par : C.Q.F.D. | mardi, 28 juin 2011

Bonjour,
Pour l'anecdote et pour "la calmette" :-D
A Caissargues il y a "le chemin des buttes"
Certains Caissarguais disaient qu'auparavant ce nom s'écrivait avec un p, et un seul t.

Écrit par : ColàPat | mardi, 28 juin 2011

Et, bé avec peu de choses, on fait un monde de commentaires....bien coquins, ma foi!!!!j'adore!!!

Écrit par : Magali de Gannat | mardi, 28 juin 2011

Je me suis régalée! Chez nous aussi y a des disputes, mais moins croquignolesques. A lire prochainement dans la page blogs village.

Écrit par : marsel | mercredi, 29 juin 2011

et fort heureusement elle a finit moins tragiquement la dispute brignonnaise
Lien direct pour "les curieux" : http://brignon.blogs.midilibre.com/archive/2011/06/28/un-...

Écrit par : Pat | mercredi, 29 juin 2011

"le bâtiment socioculturel devient le foyer de la discorde" ( BRIGNON )

il n'y a pas qu'a LAVOL ou il y a des discordes !

Écrit par : REGIS | mercredi, 29 juin 2011

Pat on ne se lasse pas de toutes ces connaissances!!

Écrit par : chantal | jeudi, 30 juin 2011

Pat, Je suis "galavard" de cette prose enjouée aux senteurs de garrigue qui nous conte si drôlement les choses. Ce coin méritait bien que l'on boive avec mon ami Gibus une bouteille à votre santé !

Amical salut à tous ceux qui passent par ici

Écrit par : Ulysse | vendredi, 01 juillet 2011

Je lève mon verre à tous les galavards qui croisent au Pied de la Tour ;-D

Écrit par : Pat | vendredi, 01 juillet 2011

je lis les histoires en retard mais avec grand plaisir merci Pat ,il faudra que j'aille faire un tour dans les bois .....

Écrit par : Danielle | jeudi, 28 juillet 2011 

2009 11 24 balade avec Billy 019.jpg

lundi, 27 juin 2011

Le Rocher de la Dispute

rocher,dispute,la salée,barouquier,la rouveyrasse,régordane,charretiers,chemin,aphyllante,lièvre,moutons

 

Il fut un temps où la 2x2 voies n'existait pas, où la RN106 n'était même pas dans les cartons de projets de l'Etat, où les voitures certes avaient des chevaux, mais qui carburaient au picotin d'avoine. Et, cependant les conducteurs de ces équipages avaient déjà un caractère bien affirmé, pour ne pas dire agressif, ce qui n'irait pas en s'arrangeant au fil des siècles...

 

Il existe un lieu-dit sur la commune qui s'appelle "Le Rocher de la Dispute"

HPIM1186.JPG

Pourquoi un tel nom ?

C'est une histoire qui est racontée de génération en génération dans la famille Teissier de Lavol, et grâce à Jean-Pierre qui me l'a rapportée et à Christian qui m'a emmenée sur les lieux, vous aussi vous allez découvrir un pan de la "petite histoire Boucoirannaise"

Les Romains, grands bâtisseurs de routes devant Jupiter, ont donc tracé la Voie Régordane qui de Nîmes en passant par la Gardonnenque, Alès et Villefort, gagnait la Gaule centrale. Une deuxième voie importante, partant aussi du pied des arènes, se dirigeait vers le Pays de Gabales (cliquez ICI si vous voulez en savoir plus) en suivant à peu près le tracé de la route d'Anduze actuelle, via Gajan et Lédignan

carte rocher dispute.JPG

Des voies secondairesque Jean Yanne aurait tout autant renié que nos routes départementales - servaient de bretelles à ces artères principales. L'une d'entre elles, s'amorçait sur la Régordane à peu près 500m avant le pont de Ners -à hauteur donc du hameau de Lavol- et par la Combe de Barouquier, et la Rouveyrasse rejoignait la rive du Gardon vers le rond point actuel. De là par Maruéjols et Lédignan on retombait sur la route d'Anduze et de Gabales

HPIM1228.JPG

Ces chemins ont servi longtemps après que les Romains soient rentrés chez eux s'occuper de leurs papes

HPIM1210.JPG

La piste n'est pas large, juste le passage d'une charrette. Pour se croiser il fallait y mettre un peu du sien et empiéter sur le bas-côté

HPIM1208.JPG

 Sauf qu'en haut de la côte, juste avant de redescendre vers le Gardon, il y a une barre rocheuse qui interdit tout croisement

HPIM1204.JPG

la montée

HPIM1203.JPG

le sommet

HPIM1191.JPG

la descente vers le Gardon

Il parait que déjà en ce temps-là (on va dire du temps où qu'y avait encore des rois en France...) c'était "priorité à la montée". Mais le charretier qui "descendait" ne l'entendit pas de cette oreille. Quelle mouche l'avait piqué ? Celle du coche assurément pour qu'il fit autant sa tête de mule. Il entreprit de descendre alors qu'un autre équipage montait. Inévitablement celà coinça, grinça, avança, reculas'entêta, s'accrocha... et jura comme... des charretiers. Mais aucun ne céda, enfin jusqu'à ce qu'un des deux (l'histoire n'a pas retenu lequel) fiche un grand coup de gourdin sur la tête de l'autre, au point de l'occire ! C'est qu'en ce temps-là, mes braves gens, on ne plaisantait pas au coin des bois !

Désolée, je n'ai pas de photos de la dispute, il faisait nuit, la lune n'était pas encore levée et le chemin n'était pas éclairé ;-D

Et le nom de "Rocher de la Dispute" resta à ce lieu, tout à fait paisible au demeurant, lors d'une matinée fleurie et ensoleillée d'avril, quand le hérisson bleu et son escorte (Billy et Christian) y firent halte

HPIM1181.JPG

Puisque qu'on était là, pourquoi ne pas partir à la découverte de la "Font de Barouquier" comme l'appelait toujours André Bonbonnelle, qui connaissait "ses bois" aussi bien que le fond de sa gamate

Et savez-vous que la limite des communes de Boucoiran et Maruejols passe par le lieu-dit de "La Bouteille" ? Pourquoi me demanderez-vous ? Pour une raison toute simple : notre ami Ulysse et son copain Gibus crapahutant dans les garrigues Gardoises pour une fois, voulurent marquer le coup et burent un coup à notre santé. Et une fois le flacon vidé, ils le retournèrent sur une branche d'èouze (chêne vert) pour rappeler cet instant mémorable ! Comment j'invente ? mais pas du tout, allez-y voir : elle y est la bouteille... vide et retournée ;-DDD

Bon revenons à nos moutons, heu non à notre "font", les moutons c'est plus loin... C'est donc aux confins de la Bruyère et de la Combe du Four que par un chemin plus étroit encore que celui qui avait provoqué la dispute, et qu'au milieu des bartas (ronces) nous trouvons la source de Barouquier, qui à cette époque-là coulait encore (en avril, juste un fil...)

HPIM1234.JPG

HPIM1242.JPG

Quitte à avoir un spécialiste des bois sous la main et le véhicule ad hoc (c'est Milou -heu non Billy- qui était ravi) nous avons poussé un peu plus loin en territoire ennemi (commune de Maruéjols) sur les crêtes, jusqu'à la Salée

HPIM1263.JPG

Et pourquoi La Salée ?

Pfou ! ce que vous pouvez être curieux quand même ! Bon je vous le dis mais c'est bien parce que c'est vous ;-)

HPIM1278.JPG

HPIM1265.JPG

oh ! on voit le Gran Ran depuis La Salée

Et bien à La Salée du temps où il y avait de grands troupeaux de moutons dans le canton (c'est pas si vieux que ça, milieu du siècle dernier) on répandait du sel sur les pierres pour les bédigues (brebis) qui en sont galavardes (gourmandes)

D'autres galavards sont passés par là récemment,... et ont laissé des traces

HPIM1272.JPG

HPIM1274.JPG

Des pétouliés,... de lèbres

Enfin, en principe les lièvres ne font pas des pétouliés (des petits tas de pétoules), ils disséminent leurs crottes n'est-ce pas ! Et là c'est le spécialiste Christian qui parle ! et le Hérisson Bleu écoute... sauf quand il me dit que la lèbre (ben oui c'est féminin en patois même si c'est un mâle !) est friande de ces fleurs bleues toutes fines. Alors là c'est moi qui sort ma "science garriguesque" en lui apprenant le nom de cette plante : l'Aphyllanthe de Montpellier, dont parait-il, les gamins d'autrefois suçaient le calice sucré comme des bonbons. Encore des galavards !

Et pour finir lequel pountchoune (pique) le plus à votre avis ? le barbelé ou l'argelas (genêt scorpion). Il aurait fallut demander à Steve McQueen (mais si... dans la Grande Evasion !)

HPIM1193.JPG

En tout cas le second est plus esthétique !

HPIM1178.JPG

Et voilà : encore une belle balade de faite, on rentre au bercail,... jusqu'à la prochaine !

Sources : "remontons la Gardonnenque" d'André Bernardy pour tout ce qui est "Histoire"

 "la garrigue grandeur nature" de JM Renault pour tout ce qui est flore

 le reste n'engage que la responsabilité de la narratrice, qui vous autorise à cliquer sur les photos pour les agrandir

 Merci quand même à Jean-Pierre Teissier pour l'histoire du Rocher de la Dispute et à Christian pour la visite commentée.

Et Billy dans tout ça ? ben il s'est contenté de suivre ;-)