Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 30 mai 2011

Nous, on l'a déjà faite l'Ascension !

Mise à jour du samedi 4 juin concernant l'oppidum - voir en fin de note

Il y a un mois jour pour jour, le 30 avril donc, nous décidions de monter au Gran Ran

HPIM1520.JPG

Qui ça nous ?

Une fine équipe, la crème de la crème, composée de deux bons tiers de Parisiens (Brigitte et Christian), d'un petit tiers de Lyonnaise (Danielle) et d'un gros tiers de Boucoirannaise (Pat le Hérisson Bleu) ;-DDD

Vous me direz : ça fait 4 tiers ! Et je vous répondrais, comme César (celui de Pagnol, pas celui de Vercingétorix) : ça dépend de la grandeur des tiers ! Et n'essayez pas de noyer le poisson en me disant que c'est de l'arithmétique, parce que des poissons y'en a pas en haut du Gran Ran. Y'en a eut eu (comme on le verra plus loin) mais y'en a plus !

Et on a pas vu Landolfi non plus. Même avec la Lyonnaise et les Parisiens qui m'accompagnaient ;-D ça veut pas dire qu'il est mort... il était peut être monté à Paris recompter les Canebières...

Bon, pour ceux qui ne connaissent pas les Oeuvres de Pagnol passer votre chemin et sautez directement au paragraphe suivant ou prenez le chemin de la bibliothèque la plus proche

D'abord il faut que je vous explique le silence hérissonnesque depuis 3 semaines. C'est l'ami Pierrot (mais non pas Cuvier. Celui qui est dans la lune !) qui m'avait piqué ma plume, et l'avait jetée dans le trou de l'énigme du jeudi 5 mai ! Heureusement que j'ai réussi (non sans mal) à la récupérer ;-)

Hérisson trou Gran Ran Plume.JPG

Nous verrons plus loin la réponse à cette énigme

Revenons à nos moutons et à notre ascension. Pour commencer nous empruntons le chemin de la Font des Illières. Oui je préfère la faire dans ce sens, ça monte plus progressivement et puis on est pas sous le couvert des arbres, on profite du paysage. Ce chemin va nous mener au Jeu des Quilles dans un premier temps

Mais en parlant de temps, on le prend pour une petite pause (technique pour ces dames), et vu que c'est le seul banc sur le trajet ce serait bête de ne pas en profiter !

HPIM1522.JPG

Petit à petit, en suivant un chemin pour le moins rocailleux, nous prenons de l'altitude à travers la garrigue. Heureusement que le soleil joue à cache-cache avec les nuages, ça tempère l'atmosphère

Une nouvelle pause s'impose au Col du Jeu des Quilles. Pour s'abreuver, se reposer, cueillir du thym, admirer la vue, prendre des photos,...

P1010513.JPG

Une vue vers la pointe de la carrière. Ouf elle s'est arrêtée juste ! D'un peu plus elle nous "mangeait" le Gran Ran

P1050168.JPG

HPIM1526.JPG

Ci dessus le Serre des Avaous - autrement dit Serre de la Borie - en fait c'est lui le point culminant du territoire de la commune, avec ses 239 m. Le Gran Ran, lui, doit se contenter de 232 m !

Bon c'est pas tout ça mais maintenant faut trouver le petit chemin (non il ne sent pas la noisette, mais la frigoule, la lavande,...) qui monte au Gran Ran. Petit retour sur nos pas, qui nous permet de "retrouver nos poissons" du début de la note. Enfin de la preuve qu'il y a "quelques années" la mer s'étalait par ici

HPIM1530.JPG  HPIM1531.JPG

Mais en fait c'est pas compliqué de retrouver son chemin, car il existe des sportifs, vélocipedistes de leur état, qui préfèrent les ascensions en milieu hostile sur deux roues plutôt que sur deux pieds. Et pour ne pas se perdre ils ont balisé le sentier avec des gros points rouges, qu'il nous suffit de suivre, en levant un peu le nez des fois pour jeter un coup d'oeil chez nos voisins de Brignon, par exemple...

HPIM1532.JPG

... ou admirer une gueule de loup au milieu d'un raidillon dont je vous dis que ça !

HPIM1533.JPG

Après un moment de doute sur la validité des indications des VTTistes nous apercevons enfin le rocher du Gran Ran, but de notre sortie

HPIM1538.JPG

Désolée, le soleil faisait sa mauvaise tête derrière un nuage

Quelques pas encore, sous le couvert des arbres, on laisse les points rouges sur notre droite, le but des cyclistes n'étant pas d'admirer la vue depuis des pitons rocheux mais d'en ch... un maximum. Grand bien leur fasse ;-) et nous atteignons enfin THE GRAN RAN !

HPIM1552.JPG

P1010523.JPG

P1010533.JPG

Et là croyez moi y'a de quoi "flasher". Panorama à 360 ° (enfin je crois vous avez pu constater que j'étais plutôt fachée avec l'arithmétique)

P1050177.JPG

 

HPIM1567.JPG

 

Le village

HPIM1548.JPG

Le nouveau lotissement

HPIM1589.JPG

Le quartier du Four à chaux et le Moulin de la Roque

HPIM1551.JPG

Le mas de l'église

(si vous cliquez sur la photo pour l'agrandir vous apercevrez Jean-Pierre et son troupeau de moutons. Vont-ils jouer au tennis ? ;-D)

HPIM1561.JPG

Au Nord c'était... au premier plan Lavol très haut, au deuxième plan un bout de la voie ferrée et de Ners, au troisième plan Vézénobres et en fond brumeux les Cévennes

Vous n'aurez pas de photos vers l'Ouest car elles auraient été à contre-jour, mais c'est une mer de garrigue qui ravit l'oeil. Et NON, NON, et NON il n'y a pas de gaz de schiste dans le sous-sol. En tout cas z'on pas intérêt à venir voir ! Sinon le hérisson bleu leur fera goûter à ses piquants z'acérés. Non mais !

Bon on se calme, on respire un grand coup le bon air parfumé à la frigoule et... si on se penchait un peu sur cette question du trou !

P1010517.JPG

NON ce n'est pas un forage ! GRRRR !

C'est la "cheminée" de la résidence pricipale de M et Mme Cromagnon, que nous allons visiter maintenant

Il faut abandonner le promontoire rocheux pour entamer la descente et prendre un tout petit sentier sur la gauche qui amène à la Grotte du Gran Ran

HPIM1571.JPG

HPIM1572.JPG

Une première constatation "scientifique" s'impose : L'homme de Cromagnon était plus petit que le Parisien moyen ;-DDD

P1010539.JPG

Une deuxième constatation : si Madame Cromagnon a la main verte...

HPIM1578.JPG

... ce n'est pas une fée du logis, et il y a des fuites au plafond ;-DDD

P1010538.JPG

Mais ça suscite quand même l'intérêt des "touristes"

HPIM1576.JPG

HPIM1573.JPG

P1050186.JPG

La "pièce" du fond, là où débouche le fameux trou !

Les plus sveltes et souples d'entre vous pourront tenter de s'y glisser, c'est tout à fait faisable, mais là le terrain était impraticable à cause des récentes pluies (ben oui il avait plu à la fin avril !). On avait bien envoyé Brigitte en éclaireur mais elle est revenue toute crottée, avec "seulement" la photo ci-dessus !

Bon trève de plaisanterie ! Il s'agit d'une grotte qui a été habitée, il y a "quelques années" (mais bien après que la mer se soit retirée)

Et là je pose une question (je n'ai pas la réponse je la cherche) : Est-ce cette grotte fait partie de l'Oppidum classé aux monuments historiques en 1990 ? Sinon où se trouve t-il exactement ? Vous pouvez laisser la réponse dans les commentaires ou à l'adresse suivante si vous êtes un (ou une) grand(e) timide : patb30@orange.fr

Voir mise à jour à ce sujet en fin de note

En quittant ce lieu on a quand même fait deux "découvertes d'importance" :

HPIM1583.JPG

La tournée de Christine, la factrice, passe par là-haut puisqu'ils ont une "boite aux lettres". Si, si regardez bien en haut à gauche de la photo. Va falloir qu'ils pensent à apposer leur n° à côté :-D

HPIM1591.JPG

Et Monsieur fume, au grand dam de Madame qui lui a jeté le cendrier à la tête (ou alors serait-ce un bougeoir ??) et qu'il en a perdu sa moumoutte ;-DDD

HPIM1597.JPG

Toujours est-il qu'il y a quelques minutes on était perchés là-haut :

P1010541.JPG

Et que maintenant ça descend dur ! surtout pour les genoux n'est-ce pas Christian ?

HPIM1596.JPG

Et c'est là qu'on se dit qu'on a bien fait de la prendre de l'autre côté la promenade ;-)

HPIM1602.JPG

 

Un peu d'art déco pour marquer la fin du "calvaire"

 

 

 

 

 

 

 

Puis une pause au pied du Gran Ran pour reposer les rotules

 

HPIM1605.JPG

 

 

 

Le retour des moutons et de Jean-Pierre qui ont fini leur partie de tennis au Mas de l'Eglise

 

 

 

Et nous rentrons tout doucettement au Pied de la Tour, en jetant au passage un coup d'oeil au maset qui veille sur une vigne en Combe Juliane

HPIM1606.JPG

Bravo et merci à Danielle, Brigitte et Christian. Je viens de m'apercevoir que j'avais oublié de marquer les noms sur les photos, tant pis chacun reconnaitra les siennes, et les lecteurs pour une fois auront droit à plusieurs "points de vue" ;-)

Si vous désirez mettre vos pas dans les nôtres, voici la carte pour vous repérer (vous pouvez cliquer dessus pour l'agrandir), mais je vous déconseille de faire cette balade après le 15 juin sur les coups de 2h de l'après midi. Le mieux c'est d'attendre la mi-septembre et les Journées du Patrimoine car elle est au programme. Et avec un guide s'il vous plaît !

balade au Gran Ran.JPG

*** Mise à jour du samedi 4 juin : Finalement en fouillant sur Internet j'ai trouvé ma réponse à cette page , une étude archéologique dans les grandes largeurs de l'oppidum protohistorique du Grand Ranc par B.Dedet paru dans Gallia préhistoire T21 fascicule 1, 1978, pp.189-206 :

A son sommet, marqué par un éperon rocheux, se trouve un oppidum protohistorique délimité par un « mur éboulé »  dont fait partie une grotte. Ce lieu a été occupé à l’âge de Bronze Final puis à l’âge de Fer (env. 800 ans AV JC) selon une étude menée en 1974

Le site est classé aux monuments historiques depuis 1990 et se trouve sur une propriété privée

mercredi, 05 janvier 2011

HISTOIRE EN LANGUE DE CHEZ NOUS

Té, vé dans les commentaires de la note précédente Marsel s'inquiétait de savoir si je n'avais pas attrapé la gastro (pour le moment non ! pourvu que ça dure...). Et il m'est revenu en mémoire une histoire paru dans la Gazette des Randonneurs de Boucoiran sous la plume de Solange, institutrice cévenole à la retraite maintenant

Ben à cette époque là (qui n'est pas si éloignée finalement) il ne valait mieux pas l'avoir, la cagagne... ;-D

cagadou.JPG

Baptistou VO.jpg

  Bon j'ai pitié de ceux qui n'entendent pas la langue des troubadours alors voici la version française

Baptistou VF.jpg

1544926036.jpg 

Lo gal cantèt, la sorneta finiguèt

 

lundi, 02 août 2010

LA LIGNE DE PARTAGE... DE LA GRAND RUE

"La Grand Rue n'est plus, elle est foutue !

Quelle veine ! Voici la rue de la plaine et la rue des Cévennes"

Grand rue 2.JPG

Lors du dernier conseil municipal la décision a été prise de partager en deux la Grand Rue actuelle (ex RN 106) afin de faciliter le repérage dans l'optique de la prochaine mise en place des numéros de rue

rue des Cévennes.PNG
rue de la plaine.PNG

 Si vous habitiez le long de l'ancienne Nationale 106, à partir de la Rue des Ecoles en allant vers le Nord désormais vous demeurerez Rue des Cévennes et, en allant vers le Sud, vous résiderez Rue de la Plaine !

Patacol le hérisson bleu.JPG

mardi, 20 juillet 2010

LA LEGENDE DU PELARDON

titre.PNG
.
.
.
Charles Martel.jpg25 octobre 732, dans la plaine aux environs de Poitiers, d'un côté : Charles Martel et ses guerriers francs ; de l'autre, Abd-al-Khaman et ses cavaliers arabes.
La hache franque contre le cimetère maure.
Et puis, "Allah akbar !" ; les hommes du désert s'élancent à l'assaut tadis que mugissent les taureaux francs.
Occident chrétien contre Orient musulman ; le choc est terrible.
C'est la bataille de Poitiers.
.
Pendant une semaine, on s'observe. Les guerriers francs armés de leur francisque, la hache à manche court que l'on jette sur l'ennemi, et du harpon crochu qui perce et ramène l'adversaire au pied de son vainqueur. Les cavaliers arabes dans leur cuirasse d'acier, le bras armé du redoutable cimetère, le carquois rempli de flèches. La cavalerie d'Abd-al-Khaman arrivant par vagues successives sur le mur de fer de l'armée de Charles. Le choc est violent.
Sous les pluies des flèches mauresques, les Francs meurent debout. Le combat dure jusqu'au soir.
Tandis que tombe la nuit, les Francs décident de contre-attaquer un adversaire fatigué et qui commence à faiblir. La cavalerie franque entre dans le camp arabe. Devant le danger, Abd-al-Khaman fait front et rappelle ses hommes. En vain ; la victoire préfère Martel et ses hommes.
A la fin de cette journée de cris et de sang, Abd-al-Khaman meurt d'un javelot dans le coeur. Le chef est mort, la défaite certaine, le combat n'a plus de sens. Et, dans les rangs des orientaux c'est la fuite éperdue. Le gros de la troupe reflue vers le Sud et l'Aquitaine pour rejoindre l'Espagne. D'autres fuient vers le Limousin ; à Aubusson, ils implanteront le tissage. Certains iront dans les Cévennes qui, aux vaincus, aux réprouvés, aux réfractaires, aux résistants ont été de tous temps terre d'accueil et de refuge.
2009 05 20 17 St Martin de Lansuscle - biquettes recadrée.jpg
2009 05 20 19 St Martin de Lansuscle - biquettes recradée.jpgIls arrivent avec des animaux alors inconnus dans nos montagnes où l'on élevait plutôt la brebis : des chèvres. Des chèvres qui faisaient du lait ; du lait qu'ils conservaient non dans les urnes de terre cuite selon l'usage local, mais dans des outres de peau de chèvre. Pel, disait-on dans la langue des Cévennes et de l'époque pour désigner ces peaux que l'on remplissait de lait. Ardon : ce qui, en langue maure, désignait ce que plus tard on appellera "la cabre" et puis la chèvre.766px-Pelardon.jpg
En langage mi-maure, mi-cévenol, ces outres laitières furent désignées : "pel-ardon". Du lait sorti de ces peaux de chèvres, nos nouveaux cévenols fabriquaient un fromage rond comme une petite lune, plat comme un galet, et blanc comme poudre de neige.
Sorti des "pel-ardon", on l'appela le pélardon ; nom qui lui est resté.
Pour leur goût de bête sauvage, ces fromages furent vite appréciés et adoptés par la population qui en fit une spécialité locale. Le pélardon fit, et fait encore, la gloire des Cévennes.
.
Adoptés par les Cévenols, vivant de leurs chèvres et de leurs fromages, adoptant le "bajanat" et les manières du pays, ces maghrébins s'assimilèrent lentement.
Abdallah, maure de son état, devint Monsieur Maurel ou Morel.
Abdelkader devint Monsieur Maury et son fils Maurineau.
Abdelramhan devint Monsieur Maurin dont les chèvres broutaient dans le "pré des Mauresques" de la Vallée Française.
Abdelkrim prit le nom de Crespin car il avait les cheveux crépus et Bouteflika devint Lebrun à cause de son teint basané.
Soixante ans après la bataille de Poitiers, l'empereur Charlemagne envoya dans les Cévennes, selon la tradition orale, son neveu Roland, pour savoir ce qu'étaient devenus les envahisseurs arabes dans ce coin de son empire. Le neveu ne trouva que de bons Cévenols. Certains à la peau mate, aux cheveux frisés et aux prunelles de braise. Mais tous bons conducteurs de chèvres et producteurs de pélardons. Cependant, la nuque toujours raide, n'acceptant pas facilement ce que l'on voudrait leur imposer.
2009 05 20 120 St Martin de Lansuscle - route fleurie vers Barre.JPG
.
Pour célébrer l'invention du pélardon et remercier Notre-Dame de cette assimilation réussie, on construisit l'église de Notre-Dame de Valfrancesque toujours accueillante aux croyants de toutes origines.
.
.
.
.
Avec l'aimable autorisation de l'auteur : Roger LAGRAVE
editions Gévaudan Cévennes.jpg
Légende parue dans Cévennes Magazine N°1563 - Samedi 26 juin 2010
Patacol le hérisson bleu journal 2.JPG

samedi, 19 décembre 2009

JESUS VA NAÎTRE A LAVOL !

Vous connaissez sûrement Lavol, ce petit hameau blotti à flanc de colline au nord de Boucoiran et partagé en deux par la ligne de chemin de fer.

2009021009 Lavol bis.jpg

Mais saviez-vous qu'il s'y cache un trésor ? Fait de myrrhe, d'or et d'encens ?

Mais surtout de passion, de créativité, d'imagination, d'ingéniosité  et d'un zeste d'humour ?

 2009 12 16 Crêche Bordas 054 dehors.jpg

En lisière de voie ferrée, au sous-sol de la maison Bordas, Nathalie et Denis vous ouvriront les portes de leur caverne aux santons

Suivez le chemin lumineux, et tout à coup pleins feux  sur la crèche de ces deux passionnés

 2009 12 16 Crèche Bordas 007 vue générale.jpg

2009 12 16 Crêche Bordas 040 vue générale.jpg

2009 12 16 Crêche Bordas 036 vue générale.jpg

 Car il en faut de la passion pour recréer cette merveille depuis 20 ans  (dont 8 à Lavol)

160 santons [sans compter les animaux et ils sont nombreux] à mettre en place au milieu d'un décor chaque année renouvelé jusque dans le moindre caillou ! Un gros mois de travail, à raison de 2 à 3 heures chaque soir, leur est nécessaire pour construire leur crèche. Chacun oeuvre de son côté, réalisant une des petites scènes, dans le moindre détail, qui composent cette immense crèche qui s'étend des hauteurs cévenoles enneigées jusqu'aux paysages camarguais

2009 12 16 Crèche Bordas 003 bergerie de montagne.jpg
2009 12 16 Crêche Bordas 041 danse provençale.jpg

Les amis ou les "fidèles" (depuis 20 ans le bouche à oreille a fonctionné) participent parfois, en offrant un nouveau santon, un nouvel élément du décor...

2009 12 16 Crèche Bordas 005 raseteurs.jpg

Les habitués ont leur santon préféré et jouent à le dénicher...

2009 12 16 Crèche Bordas 035bis.jpg

Toute l'année Nathalie et Denis montent en Cévennes pour trouver les éléments minéraux de leur décor, un beau prétexte pour de belles balades dans nos montagnes.

La crèche reste en place jusqu'en février, si vous souhaitez visiter, passez un petit coup de fil avant... vous serez reçus comme les Rois Mages par Denis et Nathalie

2009 12 16 Crêche Bordas 039 à côtés.jpg
Regardez ce qu'il y a dans le coin à gauche ! Et ils ne connaissent pas Patacol le hérisson bleu, ils n'ont pas Internet !

Photos Colapat et Patacol ;-DPatacol le hérisson bleu père noel.JPG

Un album photo est disponible dans la colonne de droite

 

lundi, 25 mai 2009

RENCONTRES EN CEVENNES

Comme promis voici un aperçu photographique de notre escapade en Cévennes.

C'est un peu un inventaire à la Prévert de nos rencontres aux détours des chemins (sauf qu'on n'a pas croisé de raton laveur !)

Pour accompagner le tout encore un petit coup de Jean Ferrat, on ne s'en lasse pas, et c'est tellement vrai !

Liberté d'écoute : si vous souhaitez écouter la chanson qui va avec cette note cliquez sur la flèche dans le lecteur ci-dessus !

2009 05 20 06 St Martin de Lansuscle - ruches typiques.jpg
Ruches typiques, au cagnard
2009 05 20 07 St Martin de Lansuscle - berger.jpg
2009 05 20 08 St Martin de Lansuscle - moutons.jpg
Un pastre gardant ses bédigues
2009 05 20 17 St Martin de Lansuscle - biquettes.JPG
Des cabres qui escourniflent
2009 05 20 19 St Martin de Lansuscle - biquettes.JPG
On n'y a pas coupé l'appétit à cette galavarde
2009 05 20 24 St Martin de Lansuscle - vue sur le village.JPG
Un petit village niché au creux de la colline, qui recèle des trésors pour les yeux [voir ci-dessous]
2009 05 20 26 St Martin de Lansuscle - le village.JPG
Rafraichissant, non ?
2009 05 20 92 St Martin de Lansuscle - tour du propriétaire - la treille.JPG
Sous la treille -le temps suspendu-
2009 05 20 52 St Martin de Lansuscle - dans la cheminée.JPG
Aven mandja coumo des ressaïres !
Les pommes de terre à la galopade sont dans la padelle sous la cabucelle
2009 05 20 120 St Martin de Lansuscle - route fleurie vers Barre.JPG
Florilège de parfums enivrants et de visions bucoliques sur la corniche

2009 05 20 119 St Martin de Lansuscle - route fleurie vers Barre.JPG

2009 05 20 113 St Martin de Lansuscle - route fleurie vers Barre.JPG

Et pour finir nous avons mis nos mains dans les pas des dinosaures de St Laurent de Trèves !

2009 05 20 134 St Martin de Lansuscle -site dinosaures St Laurent de Trèves.jpg2009 05 20 135 St Martin de Lansuscle -site dinosaures St Laurent de Trèves.JPG

2009 05 20 139 St Martin de Lansuscle -site dinosaures St Laurent de Trèves.JPG
Photos : Colapat & Patacol - texte : Patacol (pour le patois c'est comme je l'entends ;-))

jeudi, 21 mai 2009

Bêêêêêêêê !

Colapat et Patacol version cévenole.JPG
Colapat et Patacol, version cévenole

mercredi, 20 mai 2009

A L'ESTIVE !

Copie de 2008 10 03 05 St Martin de Lansuscle.JPGNe cherchez pas Colapat et Patacol aujourd'hui !

Elles sont allées "cabrédjer"* en Cévennes.

Té, en attendant écouter donc Jean Ferrat ça vous fera patienter agréablement.

 

LIBERTE D'ECOUTE : Si vous souhaitez écouter la chanson qui va avec cette note cliquez sur la flèche dans le lecteur ci-dessus !

* Je sais "cabrédjer" n'existe pas, je l'ai inventé pour l'occasion. Dans mon patois ça veut dire "sauter joyeusement dans les faïsses comme un cabri" ;-D