Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 25 septembre 2011

Les colles... à Billy ! [la réponse]

Il s'agissait du "fruit" d'un :

or.jpgcoloriage-ange-1233916318.gifhaie.jpgdé.jpgzoo.jpg   cahier.gif  jeux.jpg

Quoi ? Comment ? Vous n'avez pas trouvé ? Vous ne savez pas déchiffrer les rébus ?

Bon, pendant que Billy roupille sur son coussin "Andy Warhol" (enfin à côté, sur son canapé moelleux) je vais éclairer votre lanterne

Il s'agissait donc du "fruit" de l'oranger des Osages !

P1020117.JPG

P1020154.JPG

Boudiou ! Dé qué es aquo ?

oranger des osages,arbre remarquable,yves maccagno,orange,blason,feuille,tronc,fruit,rébus

C'est un arbre d'origine américaine (centre des U.S.A. : Oklahoma, Arkansas, Missouri,...) de la même famille que le mûrier. Son nom "savant" est Maclura pomifera ou aurantiaca. Son surnom : bois d'arc. Car les indiens Osages, tribu qui occupait la zone où pousse cet arbre, s'en servaient pour fabriquer leurs arcs. Ils utilisaient aussi le latex laiteux contenu dans le fruit pour se peindre le visage et teindre leurs vêtements

 

P1020126.JPG

Ces fruits -qui ressemblent à des balles de tennis abandonnées au pied de l'arbre- ne sont pas comestibles même s'ils ressemblent beaucoup à une orange par la forme et la taille

Pour cet arbre c'est le même principe que pour les gingko biloba [piqûre de rappel ICI] : il y a un mâle qui fait des fleurs et une femelle qui fait des fruits. Nous sommes donc ici en présence d'un spécimen féminin !

Il est courant que le tronc parte à l'horizontale puis se redresse vers le ciel

P1020164.JPG   P1020165.JPG

P1020161.JPG

100px-Blason_ville_fr_Orange_(Vaucluse).svg.pngIl a été "découvert" par les Européens à la fin du 17e siècle et importé en Europe et en France au début du 19e. Comme il est de la même famille que le mûrier, mais un peu plus résistant aux gelées tardives, on a essayé de donner sa feuille comme nourriture aux vers à soie. Mais ils n'ont pas vraiment apprécié le changement de régime et l'idée a été abandonnée. Il en reste quelques traces du côté d'Orange dans le Vaucluse où la ville est, parait-il, ceinturée par cette essence car la sériciculture y était prospère. D'ailleurs les trois oranges qui figurent sur son blason seraient des oranges des Osages...

Il parait aussi que son bois a servi pour la fabrication des traverses de voie ferrée pendant la construction du chemin de fer transcontinental en Amérique

De nos jours c'est surtout comme arbre d'ornement dans sa version mâle qu'on le retrouve dans nos villes, mais quelques spécimens sont égarés dans nos campagnes où dans les parcs urbains (dont quelques uns, un peu maigrichons à côté du "notre" au Jardin de la Fontaine à Nîmes)

On ne s'explique pas vraiment sa présence en ce lieu, surtout que c'est le plus gros spécimen du Gard a priori. Une tentative de substitution au mûrier ? une fantaisie du propriétaire d'alors du terrain ?...

Si vous en savez plus n'hésitez pas à me contacter

Quelques photos de plus pour les passionnés et les spécialistes [vous pouvez cliquer sur toutes les photos pour les agrandir]: 

P1020167.JPG

Ici il pousse en famille !

P1020168.JPG

Mesuré à hauteur du trait orange il fait quand même 3,33 m de circonférence !

P1020173.JPG

P1020174.JPG    P1020175.JPG

Pour les curieux, sachez que cet arbre se trouve sur une propriété privée, sur les limites communales de Brignon et Boucoiran et qu'on ne peut donc s'y rendre sans autorisation

Le hérisson bleu a été renseigné sur ce coup-là par LE spécialiste gardois des arbres remarquables Yves Maccagno qui est passé par le Pied de la Tour ce vendredi pour recenser quelques unes des nombreuses essences remarquables situées sur notre commune, dont un micocoulier de 4,40m de circonférence au sud du village comme vous pouvez voir sur la photo ci-dessous (2e plus gros et 1er plus beau micocoulier du Gard ;-))

P1020106.JPG

Il réalise le recensement des arbres remarquables du Gard depuis 3 ans et il en a à son actif plus de 8000 ! Il donne souvent des conférences sur le sujet pas très loin de chez nous. La prochaine sera le week end de la fête de la figue à Vézénobres, fin octobre. Je vous tiendrai au courant !

Et pourquoi ne pas organiser, pour les Journées du Patrimoine 2012, une balade permettant de découvrir notre riche patrimoine arboricole ?

Merci Yves et au plaisir d'une nouvelle rencontre ou d'une conférence passionnante et instructive

P1020157.JPG

 

 

"Moi j'en ai rien à fiche des arbres remarquables et j'aime pas les armas : je rentre à la maison !"

Références : Miss Wiki ICI

Blog Oklahoma Occitania LA

Photos : Pat - Acteur principal (un peu cabot) : Billy !

 

mercredi, 16 septembre 2009

LAVOL AUSSI !

Il y a quelques temps était parue une note où on parlait d'héraldique et des blasons de Boucoiran et Nozières 2 blasons.jpg

Ils avaient été instaurés comme une taxe déguisée, ornementale pourrait-on dire.

Et bien le hameau de Lavol, situé comme chacun le sait -ou pas- au nord de la commune, a aussi son blason.

Et brodé à la main s'il vous plaît !

DSCN6535.JPG
Et tiens je vais vous poser une colle, comme ça, juste pour vous faire travailler du chapeau (dont vous n'avez plus besoin puisqu'il pleut !) :
Savez-vous, ou devinez-vous, à quelle occasion il a été crée ?
Merci à Régis pour la photo,
et à Jean-Pierre conservateur en chefPatacol le hérisson bleu.JPG
des archives monumentales de Lavol

mardi, 25 août 2009

HERALDIQUE ? VOUS AVEZ DIT HERALDIQUE ?

Voici pour ceux qui seraient curieux d'en savoir un peu plus sur l'origine des blasons de Boucoiran et Nozières qu'on peut retrouver sur tous les documents officiels ainsi que sur un des murs du foyer municipal.
2 blasons.jpg
Les blasons de notre commune remontent au règne de Louis XIV.
Soucieux, comme tout bon chef d'état, de faire rentrer un maximum d'espèces sonnantes et trébuchantes dans le Trésor, éternel puits sans fond, il décida en 1696 de constituer l'Armorial Général, qui avait pour but de recenser toutes les armoiries du royaume afin d'imposer une taxe à leurs possesseurs. Et comme beaucoup n'en avaient pas, il les rendit obligatoire. Pour faciliter les choses un modèle "passe-partout" fut créé.
2009 08 11 18 Mairie blason.JPG
Et Boucoiran dut en passer par là !
On lui attribua donc un blason de "sinople à une fasce losangée d'or et de sinople"
Ce qui mérite, vous en conviendrez, quelques éclaircissements.
Le sinople désigne la couleur verte.
L'or c'est le jaune
La fasce losangée c'est la bande médiane (du milieu) ornée de losanges en deux couleurs.
Le tout sur fond vert !
CQFD !
Oui, c'est bien beau tout ça mais pourquoi Nozières a eut droit à un blason elle aussi ?
Encore un coup à nous faire payer deux fois la taxe !
Rassurez-vous, au 17e siècle le hameau de Nozières est une commune à part entière.
Nozières n'a été rattachée à Boucoiran qu'au 19e siècle, par un décret du 18 janvier 1813 (sous Napoléon 1er).
C'est à ce moment-là que la commune pris le nom de BOUCOIRAN ET NOZIERES.
2009022610 Nozières blason.JPG
Nozières, elle, hérita d'un blason de "vair à un chef losangé d'argent et de gueules"
Ce qui veut dire en bon français du 21e siècle, que le vair est un dessin ondulant par bandes horizontales alternées bleu et argent.
Que le chef désigne la bande horizontale occupant le tiers supérieur du blason, l'argent désignant le blanc et de gueules le rouge.
Ben ça alors ça vous en bouche un coin, hein ?
Renseignements issus du livre "remontons la Gardonnenque"
d'André Bernardy
L'héraldique est la science des blasons et des armoiries qui eux-mêmes désignent l'ensemble des symboles, des signes codifiés et des figures emblématiques appartenant à une famille ou une collectivité !
Patacol le hérisson bleu.JPG