Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 10 février 2010

EN PASSANT PAR LES PAUSES !

Té ! aujourd'hui on va s'asseoir sur un banc au cagnard et je vais vous raconter une histoire

 banc.jpg

Après une promenade entre le pied de la tour et Domessargues il m'est revenu en mémoire une histoire (vraie ou pas) que j'avais entendu raconter maintes fois par ma mamé Yvonne, et que j'ai retrouvée sous des formes diverses dans mes lectures "régionales".

Pour ma gran le personnage s'appelait Roustiguelle, pour Bichette Fenouil il s'agissait d'un tambourinaïre boucoirannais anonyme* et pour André Bernardy il se nommait Donadille**

Toujours est-il qu'il fut le héros de cette "aventure" :

Il fut un temps où, dans le Gard il y avait des loups jusque dans les garrigues. Époque bien révolue puisqu'il parait que le dernier a été tué au Mont Bouquet à la fin du XIXe siècle.

Donc Roustiguelle (on va l'appeler comme ça, d'accord ?) revenait de Domessargues en coupant par les bois

Domessargues.jpg

Il avait fait la noce une bonne partie de la nuit, et battu du tambour pour accompagner la musique et les danseurs réunis pour la fête du village

HPIM6876.JPG

En ce temps là le chemin qui passe par les Pauses (ou Les Quatre-Chemins) ne ressemblait pas à une autoroute comme de nos jours, mais plutôt à un sentier, tracé entre des murets de pierre ceinturant les petites propriétés cultivées qui couvraient les collines. Et donc même par nuit de pleine lune on y voyait pas bien loin devant et sur les côtés

Pierrecart.jpg

Tout à coup en arrivant à Pierrecart, Roustiguelle voit briller deux yeux dans le noir !

loup2.PNG

"Deux yeux au milieu d'une tête large coumo aquo !", racontera-t'il plus tard, en écartant les mains d'au moins quarante centimètres...

Il se fige comme une statue, puis tout doucettement, tout doucettement, il fait glisser le tambour à sa portée, tout doucettement, tout doucettement, il réussit à sortir ses baguettes de son baudrier, et :

"RATAPLAPLA RATAPLAPLA TRA TRA"

TAMBOUR1.PNG
Il se met à tambouriner de toutes ses forces, en reprenant sa marche.

Le loup, car c'en était bien un, "dé la pau, cagua", fit un grand bond en arrière, et détala dans les avaous

HPIM6890.JPGun avaou

Roustiguelli, continua à battre du tambour tout le long du chemin, de Pierrecart à la montée des chênes, puis jusqu'aux Grès et enfin entra dans le village, toujours tambourinant et tremblant

 Les villageois, réveillés par ce tintamarre nocturne, mettaient le nez à la fenêtre pour savoir ce qu'il en était :

"Lou Roustiguelle ès vengu foù, pèr tambourina din li bos touto la nuie" fut une des réflexions que s'attira le pôvre homme

Et voilà comment se forgent les réputations et les légendes....

* : propos recueillis par les élèves et les professeurs du lycée Jean-Baptiste Dumas à Alès à la fin des années 60 et publiés dans le livre :"Coutumes croyances et légendes du Pays Cévenol" - Deux "Boucoirannaises" ont participé à ces recherches : Martine Pauleau et Solange Tardres qui ne deviendra boucoirannaise à part entière que quelques années plus tard...

** texte issu de "ma bible" "remontons la Gardonnenque"de André Bernardy

 *** "Il est devenu fou le Roustiguelle pour jouer du tambour toute la nuit dans les bois"Patacol le hérisson loup.JPG