Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 20 juin 2010

2010 06 LA FETE 5/5

DSC_0294.JPGBonne fête aux "Papas"  en ce dimanche 20 juin.

---------------------------------------------------

Claudine nous ayant fait parvenir des photos d'un point de vue "imprenable" vous pouvez les voir dans le dernier album 5/5 ci contre.

Ces différentes photos m'amènent à expliquer pour les "non initiés"

le pourquoi et le comment de ces manifestations.

Les initiés peuvent apporter leurs commentaires s'ils en ont envie.

Les  « ABRIVADOS » 

Les  « BANDIDOS  »

 

A l’origine on appelait Abrivado le fait d’amener les taureaux de leurs pâturages à l’endroit où devait se dérouler une course de taureaux  (course dite à la cocarde pour les taureaux camarguais)

Et on appelait Bandido le fait de ramener après la course les taureaux à leurs pâturages.

Si dans le temps cette pratique se faisait dans des lieux rapprochés des manades, elle se fait à présent à plusieurs dizaines de kilomètres et les taureaux sont  amenés en camion.

Pour perpétuer le folklore on continue à faire des Abrivados et Bandidos dans les communes à l’occasion de fêtes camarguaises, même sans course de taureaux.

Pour cela les manades élèvent des taureaux et les sélectionnent suivant leurs qualités premières, ainsi les meilleurs sont :

-      Les cocardiers  spécialistes des « courses à la cocarde »

-      (il y a également un classement de valeur des courses)

-      Les taureaux d’Abrivados et Bandidos

-      Les taureaux d’encierros

-      Les taureaux réservés aux Taureaux-piscine où courses de nuit

Attraper les taureaux ne se faisait à l’origine que rarement car l’animal devait arriver « frais » pour faire sa course.

A présent le travail du taureau d’Abrivado/Bandido consiste à parcourir un trajet déterminé, encadré par des gardians à cheval, d’un camion à l’autre.

Avant d’être mis dans les camions les taureaux sont « triés » dans la manade par les gardians et leurs chevaux. Ce spectacle là est le plus « nature » de la vie du taureau en manade.

On ne sait pas comment…. mais certains taureaux « sentent » qu’ils vont être attrapés, et ils se cachent dans l’immensité des pâturages.

Le travail du cheval lors du « tri » est remarquable, c’est un ballet consistant à, couper la route de l’animal à cornes qui veut regagner son pré, et l’amener dans « l’entonnoir » qui ne lui laissera que l’issue du camion.

Rassurez-vous ce camion le mène à son travail, et les manadiers soucieux de leurs bêtes les entretiennent bien, certains ont une retraite assurée !!

 

 signature Colapat cheval fleur.JPG