Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 06 novembre 2013

C'est de saison !

Il y a eu le cercle des poètes disparus, mais comme ils l'ont fait sans laisser de trace je ne peux pas vous les montrer...

Il n'en reste que la musique d'un très beau film pour nous accompagner dans la découverte des ronds de sorcières qui envahissent le stade

 LIBERTE D'ECOUTE : Si vous souhaitez écouter la musique qui illustre cette note cliquez sur la flèche dans le lecteur ci-dessous ! 

P1120224.JPG

P1120227.JPG

Il a raison Billy !

Plutôt bizarres ces champignons qui poussent en rond (plus ou moins ronds), non ?

P1120222.JPG

Une fois rentrés à la maison nous avons consulté Miss Wiki sur le sujet

Et c'est là qu'on a appris que c'était un phénomène naturel nommé rond de sorcière, cercle des fées ou encore mycélium annulaire ! (le mycélium désigne les "racines souterraines" des champignons, ce qui reste en terre pendant que le champignon n'a pas encore poussé ! et annulaire ben ça vient d'anneau et un anneau c'est ? rond ! Ouais ! y'a trois sorcières et un farfadet qui suivent ! Youpi !)

Oui, mais maintenant j'en ai trop dit ou pas assez...

Parce que le stade (un peu à l'abandon depuis quelques saisons) en est claffi (rempli) de ces ronds de champignons et malgré le fait que ce soit la pleine saison des sorcières, pas le moindre bout de nez crochu, de chapeau noir, ou même de la queue d'un chat (faites confiance à Billy sur le sujet) à l'horizon

Alors comment vous expliquez ces ronds, vous ?

P1120220.JPG

A en croire Miss Wiki rien de plus naturel : c'est un champignon qui étend petit à petit son territoire, à mesure qu'il épuise la terre autour de lui

Il étale ses racines en rond (le mycélium vous vous rappelez ?) et les champignons poussent à la périphérie

C'est pour ça que si on observe certains ronds d'un peu haut (désolée je n'avais que ma propre hauteur comme piédestal) on voit qu'au milieu l'herbe fait triste figure ! (pas ou peu de pissenlits par exemple ;-))

P1120221.JPG

 Au fil des années le cercle s'agrandit et peut atteindre plusieurs centaines de mètres de diamètre !!! pour un âge estimé à plus de 700 ans (j'espère que d'ici là le stade aura été re-colonisé par les footeux !)

P1120228.JPG

Avant cette explication scientifique, nos ancêtres (pas forcément Gaulois !) attribuaient à ces cercles une origine surnaturelle. Fées, gnomes, farfadets, korrigans, trolls,... étaient désignés comme responsables de ces ronds incompréhensibles pour le commun des mortels !

 Il se disait même que c'était la trace des danses des sorcières pour invoquer le démon. D'où leur nom !

Au Pied de la Tour il parait qu'à une époque les sorcières tenaient sabbat aux Pouvarels, vers l'ancien stade de foot donc !

Alors ? Ont-elles transporté sous leurs sabots le mycélium propice à la formation des ronds de champignons, jusqu'à l'emplacement du nouveau stade ?

Mystère et rond de sorcières... 

rond de sorcières,cercles,champignons,stade,sorcières

Entre les balais et les ronds de sorcières on s'en sort pas ! 

Le terrain boucoirannais a l'air propice à la prolifération de la gent maléfique

En attendant que le hérisson s'y colle pour vous raconter en détails (croustillants) la vie des sorcières de Boucoiran, vous pouvez toujours lire l'article paru dans le n°10 de novembre du Journal d'Alès Agglo déposé ces jours-ci dans vos boites aux lettres... 

Comment ? Vous ne faites pas partie d'Alès Agglo alors vous ne pouvez pas lire cet article ?

Tant pis pour vous, vous ne savez pas ce que vous perdez ;-)

hérisson automne.PNG

Allez vaï il ne sera pas dit que le hérisson est une vieille roumèque

Si vous cliquez sur la feuille orange ci-dessus

vous aurez accès à ce fameux article-mise en bouche ;-)

mercredi, 18 septembre 2013

Hirondelles

LIBERTE D'ECOUTE : Si vous souhaitez écouter chanter les hirondelles en lisant cette note, cliquez sur la flèche dans le lecteur ci-dessous !

Septembre est aussi synonyme de départ des hirondelles

On ne va pas tarder à les voir se rassembler sur les fils électriques pour migrer dans des contrées plus accueillantes afin d'y passer l'hiver

septembre, hirondelles,

rassemblement dans la Grand'Rue - automne 1947 - photo archives familiales Gigord

Quoique de nos jours elles soient souvent obligées de choisir un autre support à cause de l'enfouissement des-dits fils...

septembre,hirondelles

Mais il leur en reste encore suffisamment pour "respecter les traditions" ;-) 

septembre,hirondelles

Saviez-vous que le Pied de la Tour (autrement dit : la commune de Boucoiran) accueillait pas moins de

Quatre espèces différentes d'hirondelles ?

Rassurez-vous le hérisson ne le savait pas non plus avant que son ornithologue de frère ne lui fasse la leçon

D'abord les deux plus connues :

septembre,hirondelles


Les hirondelles de fenêtre, celles qui logent dans nos villages sous les gouttières, les génoises,... 

Elles sont blanches et noires, avec une queue courte

Leur nid, bâti à base de boue et de brindilles a une ouverture circulaire (ou plusieurs !)

 

 

 septembre,hirondelles    septembre,hirondelles

♠ ♠ ♠ ♠ 

septembre,hirondellesLes hirondelles rustiques sont très proches de l'homme. Elles ont une préférence marquée pour les granges, les garages où elles trouveront des poutres et des solives, appuis nécessaires pour construire leur nid. Elles aiment bien aussi les terrasses couvertes ;-)

Leur plumage est toujours blanc et noir, mais ce dernier est plus bleuté. Et puis surtout elles se distinguent de leurs voisines de fenêtre par leur queue fuselée et effilée partagée en deux brins (les filets) ainsi que par leur gorge roussâtre soulignée d'un collier noir

Même matériaux pour le nid, toujours doublé de plumes et de crins pour un meilleur confort  

septembre,hirondelles  septembre,hirondelles

♣ ♣ ♣ ♣ 

septembre,hirondellesIl est une hirondelle particulière l'hirondelle de rocher. Particulière parce qu' il lui arrive d'hiverner par chez nous ! On peut l'observer tout l'hiver tournoyer dans la garrigue au pied des collines (en Pierrecart par exemple)

Elle est plus campagnarde, même s'il lui arrive de cohabiter avec ses cousines de fenêtre

Elle est toute grise, trapue, avec une queue courte

Elle construit son nid, en coupe,  dans les cavités des falaises ou sous les ouvrages d'art, les vieux bâtiments délaissés tel l'ancien moulin du Pont de Ners (photo ci-dessous)

septembre,hirondelles

♥ ♥ ♥ ♥ 

septembre,hirondellesLa dernière de nos invitées estivales est l'hirondelle rousseline. Une espèce assez rare paraît-il, à peine une centaine de couples en France méditerranéenne

Elle ressemble beaucoup à l'hirondelle rustique avec des filets plus courts à la queue. Elle a des tâches rousses à la nuque, au croupion et sous le ventre

Philippe a découvert son nid sous le viaduc de la 2x2 voies. Il est entièrement fermé et l'entrée se fait par un tunnel !

septembre,hirondelles

♦ ♦ ♦ ♦ 


septembre,hirondelles

Il y a encore 25 ans, une cinquième espèce, l'hirondelle de rivage, nichait à la sablière le long du Gardon. En colonies mixtes avec des guêpiers, dont elles partagent le même type d'habitat : des "terriers" creusés dans les berges des rivières. Maintenant elle ne fait plus que passer, lors de la migration, et de l'autre côté du Gardon, vers les bacs de décantation de la distillerie de Cruviers...

On a du la vexer :-(

Non en fait les endroits où elle niche sont assez instables (rives, sablières, carrières, talus routiers,...) et donc elle doit souvent changer de logement

septembre,hirondelles




Lui c'est un guêpier, pas une hirondelle ;-)



 

Une petite anecdote amusante pour finir. Il a été constaté que certaines hirondelles piquaient le dos des chats pour leur voler des poils afin d'agrémenter confortablement l'intérieur de leurs nids !

Un matou averti en vaut deux donc  ;-D

Vous pourrez lire d'autres anecdotes et une foule de renseignements supplémentaires sur ces messagères du printemps, qui ne vont donc pas tarder à nous quitter, si vous cliquez sur l'image ci-dessous

septembre, hirondelles,

septembre,hirondelles

Merci à Philippe pour l'info, j'espère que je n'ai pas écrit trop de bêtises !

septembre,hirondelles

vendredi, 09 août 2013

Photo d'une nuit

Mise à jour vendredi 09 août voir en bas de note 

Cette note aurait dû paraître mardi mais elle a été un peu bousculée par le passage des cigognes... pourvu qu'elles n'aient pas emporté la bébête ci-dessous comme pique-nique pour la route !!!

Claudine, voilà un nouvel habitant du Pied de la Tour que vous n'avez pas dû recenser en janvier

Il s'agit d'une tarente de Maurétanie, un gecko du pourtour méditerranéen

tarentes boucoiran 003 (Copier).jpg

Merci à Philippe de nous avoir fait partager cette belle découverte nocturne

Et voici la version diurne et Vézénobrienne par Régis

gecko,tarente de mauritanie,photo d'une nuit

Merci à lui aussi pour le partage ;-)

Bon, on est parti sur un mauvais pied, y'a plein de lézards dans la note (et pas qu'en photo) concernant cette bestiole, fort sympathique au demeurant

Alors on va mettre à plat quelques points, qui peuvent être ♫♪ des détails pour vous mais qui pour moi (et quelques autres j'espère) veulent dire beaucoup ♫♪

  • D'abord cette tarente est de MaurÉtanie et pas de Mauritanie comme retranscrit par erreur. Le hérisson est condamné à traîner ses épines bleues en compagnie des Hommes bleus (les Touaregs) entre le pays des Maures (la lisière méditérranéenne du continent africain, la Maurétanie donc) et la Mauritanie, pays un peu plus au Sud. Pour sa défense il n'est pas le seul à faire l'erreur, même JM Renault dans La Garrigue Grandeur Nature se trompe ! Si on ne peut plus croire ce qui est écrit dans les "bibles" où va-t'on, je vous le demande ;-D
  • Ensuite, bien que ce ne soit pas très visible sur la photo de Philippe elle (ou il, mais ça c'est un autre lièvre a soulever ;-)) a forcément 5 doigts à ses pattes. Le 5e doit être caché en raison de l'angle de prise de vue. "Sur la patte arrière droite et la patte avant gauche on voit 5 doigts en zoomant" dixit le photographe !
  • Et pour finir voici un petit dossier "piqué" sur le site très bien documenté de http://coronella.free.fr/ un site plein de bébêtes au sang froid qui font perdre le sien au hérisson bleu BRRR ! 

gecko,tarente de mauritanie,photo d'une nuit

  • Ultime précision : à Nîmes c'est un hémidactyle verruqueux (autre variété de gecko nord-méditerranéen) qui joue les troubles-chantiers. Cliquez ICI pour lire un article paru dans le Midi Libre du 23 mai 2009. Par contre il me semblait me souvenir que des geckos nichaient dans les arènes mais je n'ai pas retrouvé l'article. Si quelqu'un veut apporter sa pierre à l'édification des lecteurs de ce blog il est le bienvenu !
  • Dernière précision (après l'ultime ;-)) : voici le lien vers la note de Monique sur l'APCV de Lédenon http://apcvdeledenon.blogs.midilibre.com/archive/2012/01/...

hérisson estival.jpg

lundi, 05 août 2013

La voix des jardins - 2

Pour écouter la musique qui illustre cette note, veuillez cliquer sur le lecteur ci-dessous

Je préfère vous prévenir tout de suite, cette note est réservée à un public averti ! Et comme un public averti en vaut deux ça va booster les statistiques de fréquentation du blog ;-) 

la vie des animaux.PNG


Dans le cadre de la voix des jardins, nous étudierons aujourd'hui la vie (sexuelle) des animaux

Oui. Je sais. C'est pas la bonne musique. Mais pour des raisons personnelles et qui me sont propres (non mais, c'est qui qui fait le blog ?) ce sera le générique d'Histoires sans Paroles qui accompagnera ces photos avec texte 

Voilà ! avec toutes vos tergiversations la musique est déjà finie

 Allez zou ! recliquez sur le biniou (le lecteur)  

Gros plan (avec rectangle blanc de rigueur) sur les amours estivales (et acrobatiques) des libellules

D'abord survol du quartier "en tandem" : Madame la tête dans le guidon de Monsieur. Entomologiquement parlant : l'extrémité de l'abdomen du mâle entraine la femelle par la nuque

la voix des jardins,insectes,libellule,araignée,cigale

Puis, ce couple très attachant (et attaché) s'accroche fermement à une branchette pour former ce que l'on appelle "un coeur copulatoire" !

Vous voulez que je vous fasse un dessin ?

 la voix des jardins,insectes,libellule,araignée,cigale

Voilà ! Y'a qu'à demander

Ces figures sans équivoque leur valent le sobriquet de "papillons d'amour"

La petite histoire ne dit pas s'ils préfèrent les "fleurs bleues"

Et voici l'argiope fasciée, campée au centre de sa toile 

la voix des jardins,insectes,libellule,araignée,cigale

Elle est belle non ?

Je sens comme un frémissement dans le public ! ;-)

Son époux étant 4 à 5 fois plus petit qu'elle, nous n'aurons pas l'heur et l'honneur de faire sa connaissance

Et puis, si ça se trouve, elle l'a déjà croqué !

Car cette belle aux yeux brillants (signification du terme argiope) n'a rien à envier à sa voisine la mante religieuse sur le sujet des amours cannibales

Et pour finir... la cigale ne chante pas (en vain) tout l'été

Faut aussi penser au renouvellement des générations 

la voix des jardins,insectes,libellule,araignée,cigale

L'appel nuptial (réservé à Monsieur) est lancé en continu (on avait remarqué) depuis le tronc d'un arbre, en attendant l'arrivée de Madame, envoûtée par la sérénade (Mouais... chacune ses goûts)

Excité par l'approche de sa belle, le mâle accélère le tempo pour lui faire une cour effrénée, puis la posséder... ! 

la voix des jardins,insectes,libellule,araignée,cigale

Mais..., comme il y a des paparazzi partout, il faut faire preuve de vaillance pour vivre ses amours cachées à l'ombre d'une feuille de noyer 

la voix des jardins,insectes,libellule,araignée,cigale

Pourvu que ça ne lui coupe pas tous ses moyens à Monsieur Cigale ! (déjà si ça pouvait lui calmer ses cymbales)

Voilà ! Jetons maintenant un voile pudique sur ces bestioles attachantes et... la suite au prochain numéro de la voix des jardins ;-)

Un grand merci à "la garrigue grandeur nature" de JM Renault pour l'éclairage entomologique... parce que le hérisson, contrairement à ce que vous pourriez penser, ne raconte pas que des bêtises quand même ! 

la voix des jardins, insectes, libellule, araignée, cigale

samedi, 13 juillet 2013

Il est enfin sorti !

Un communiqué de la S.E.S.N.N.G

 

livre arbres Maccagno.PNG"Enfin, je suis là ! Depuis deux jours j’attends avec impatience que vous puissiez me feuilleter et partager avec moi l’amour des arbres !

Venez me chercher mardi 16 ou mercredi 17 juillet de 14 h à 17 h à la galerie Jules Salles, à Nîmes, boulevard Amiral Courbet (un peu avant le Muséum).

Mon père, Yves Maccagno, me dédicacera mercredi !

Venez vite !

 

PS : Vous profiterez aussi d’une belle exposition sur la «Biodiversité» !

 L'équipe "Arbres remarquables du Gard" de la S.E.S.N.N.G."

hérisson arbre.PNG

samedi, 01 juin 2013

Le nez en l'air au champ de foire

Quelques curiosités arboricoles "découvertes" ce matin dans trois platanes du champ de foire

L'union fait la force

P1070774 (2).jpg

2013 06 01 platanes champ de foire (2).JPG 2013 06 01 platanes champ de foire (4).JPG

Union libre -1-

entre un platane et un micocoulier

2013 06 01 platanes champ de foire (7).JPG

2013 06 01 platanes champ de foire (8).JPG

Union libre -2-

entre un platane et un ??? peut-être un forsythia...

2013 06 01 platanes champ de foire (13).JPG

2013 06 01 platanes champ de foire (15).JPG

A part ça ils ne sont pas guère espoumpis nos pôvres platanes...

hérisson arbre pas content.PNG

dimanche, 26 mai 2013

A l'orée de la forêt

livre arbres Maccagno.PNG

Prochainement paraîtra un livre édité par la Société d'Etude des Sciences Naturelles de Nîmes et du Gard, consacré aux arbres remarquables de notre département qui abrite un patrimoine arboré exceptionnel.

Résultat de quatre années d'inventaire, il présente en 200 pages les plus beaux spécimens, tant indigènes qu'introduits, dans les propriétés publiques et privées.

Illustrées par plus de 250 photos, des fiches de présentation apportent des informations sur les noms français, latin et occitan, la détermination, la biologie, la répartition, le rôle dans différentes sociétés, les menaces qui concernent les espèces les plus remarquables.

Des propositions d'itinéraires cyclo-pédestres sont données pour rechercher et découvrir des spécimens accessibles au grand public.

Un tableau liste en fin d'ouvrage, les mensurations des plus gros arbres pour 193 espèces.

Le livre, de format 18x26 cm avec façonnage dos carré, est imprimé sur papier PEFC aux normes écologiques européennes et utilise une encre végétale.

En souscrivant dès aujourd'hui à l'achat de ce livre, et avant le 15 juin, vous ne le paierez que 21 € (plus 5€ de frais de port et d'emballage) au lieu de 26 € (+ port éventuel).

Tous les livres pourront être retirés au Museum d'Histoire Naturelle, 13 Bd Amiral Courbet à Nîmes, les mercredi et samedi de 14h à 18h. Vous serez informés par courriel de la date précise de parution.

Le mercredi l'auteur dédicacera le livre.

A cette fin merci de nous renvoyer le présent bulletin de souscription complété et accompagné d'un chèque à l'ordre de la SESNNG.

Adresse : SESNNG chez Mme Gayraud, 254 rue Lavoisier 30900 NÎMES

sesnng@gmail.com

N'hésitez pas à transmettre ce bon à toute personne qui serait susceptible d'être intéressée par ce livre !

4015927033.jpg

 

Téléchargez ICI le bulletin de souscription

 

[Si vous habitez au Pied de la Tour ou aux proches alentours et si vous souhaitez épargner les frais de port, le hérisson se propose de récupérer vos commandes à Nîmes et de vous les ramener. Possibilité de dédicace personnalisée. Si vous êtes intéressés cliquez sur "Contactez-moi" dans la colonne de droite] 

hérisson arbre 2.JPG

samedi, 26 janvier 2013

L'Aigoual c'est chouette !

Ça vous tente un petit week end aux sports d'hiver ?

Oh ! pas besoin de rallier les Alpes ou les Pyrénées lointaines !

Il vous suffit de mettre le cap au Nord Ouest de notre département : direction le massif de l'Aigoual !

Regardez comme c'est beau vu d'en haut

Aigoual 24 01 2013 003 (Copier).jpg

Aigoual 24 01 2013 004 (Copier).jpg

Et de plus près, c'est féérique !

Aigoual 24 01 2013 001 (Copier) (2).jpg

Nous devons ces clichés à Philippe qui est allé, nuitamment, recenser un des hôtes de ces bois :

la chouette de Tengmalm

cliquez sur son nom pour en savoir plus à son sujet

chouette.jpg

Faut-il être passionné tout de même, pour monter là-haut, dans le froid et surtout le grand vent afin d'écouter chanter "l'Arlésienne du Haut-Gard" !

 Ben oui, notre ornithologue a fait chou blanc à cause du vent

 Mais ce n'est que partie remise, n'en doutons pas ;-)

*****

Si vous n'êtes pas amateurs de chouettes, ni de nuits à la belle étoile au mois de janvier, vous trouverez quand même quelques activités diurnes du côté de Prat Peyrot où la station de ski est ouverte depuis le week end dernier

Prat Peyrot.png

hérisson bonnet.JPG

vendredi, 26 octobre 2012

L'automne selon Andrée Mazel... à Nozières les Bois

Suite et fin du texte d'Andrée Mazel, consacré à l'automne

Cette partie est plus centrée sur le hameau de Nozières, berceau de la famille Mazel et sur les petites fleurs roses qui y poussent à foison dans les sous bois...

Il faut savoir que les écrits d'Andrée Mazel datent d'avant 1950... quand le chrysanthème n'était que la fleur de saison et n'avait pas encore son "charisme mercantile" du 1er novembre, que le cyclamen de Naples, ou à feuille de lierre, n'avait pas encore connu son heure de gloire botanique et que Nozières était encore un hameau au milieu des bois !

volubilis.JPG"Sous l’emprise du vent les feuilles détachées tombent dans les allées et le gazon se fane. Quelques dernières roses exhalent un parfum finissant. Les tardifs dahlias et les rustiques zinnias ont encore de l’éclat mais on les sent frileux et las. Par bravade soucis d’or et gaillardes jettent leurs derniers feux tandis que les volubilis bleus lentement agonisent.

Le seul luxe du moment, ce sont les chrysanthèmes. Petits pompons blancs, roses ou lie de vin, des chrysanthèmes nains qui forment les bordures, fleurs simples, chaudron, rouge ou panachée, boules auxchrysanthèmes.PNG pétales échevelées, chrysanthèmes incurvés aux ligules blancs purs, lilas cuivres et mordorés, ils sont tous beaux et ont chacun leurs charmes.

Débordant de larges amphores à l’étalage des fleuristes on les retrouve encore, attirant le regard des passants, ils éclipsent pour le moment les glaïeuls élégants et les œillets de Nice. Fleur magnifique qui nous fait rêver de ce lointain Japon, des palais de bambous, des mignonnes mousmées se rendant aux pagodes. Peut être vous aussi pensant à tout cela vous pouvez regretter votre lointaine Asie ?

cyclamen carmin.jpgVous ne répondez pas seulement pour exhaler votre nostalgique regret vous vous penchez un peu plus bas vers votre voisin, ce cyclamen de Perse. A vos côtés, dans un vase de terre il trône magnifique avec ses feuilles sombres et ses fleurs de carmin.

Cette plante fleurie mettrait dans ma chambrette une note de fantaisie, un petit air de fête, mais le prix excessif pour ma bourse simplette me fait différer cet achat somptuaire. Sage sachant limiter mes désirs, je vous laisse alors, là sur cette étagère ou j’aurais encore le plaisir de vous admirer à loisir.

Je ne regrette rien, car même aurais-je les moyens de vous posséder, je ne pourrais oublier vos petits parents pauvres ..les cyclamens des bois ! !

 2009 09 30 36 balade - cyclamens.JPG

Non, non, vous n’avez pas leur grâce sauvageonne, leurs teintes délicates, ni ce parfum discret qu’ils n’ont que dans le bois. Comme les violettes leurs sœurs, ces fleurs graciles et charmantes sont modestes et aiment se cacher.

C’est pour eux que les lierres et les mousses s’imprègnent de rosée.

« Sans moi, sans mon humus dit la touffe de yeuses, ils n’existeraient pas » heureux de leur présence, le petit bois conspire et se ligue pour mieux les garder.

2012 09 19 020.jpg

Le petit houx s’érige en défenseur et son dard acéré semble vouloir me dire «tu sais, ils sont à moi, tu ne les auras pas ou bien prends garde à toi, qui s’y frotte s’y pique. Et c’est encore pour eux que les ronces et les salsepareilles s’enchevêtrent à plaisir.

2012 09 19 013.jpgPeine perdue, oui, car tous ces dards et ces épines ne m’impressionnent pas. Prudente, je me glisserai lentement dans les touffes, doucement de mes mains j’écarterai les buissons, pour le plaisir de cueillir un bouquet.

Tout ce qu’on aime tant, comme on peut l’aimer mal et le faire souffrir ! ! Graciles cyclamens ce serait bien plus sage de vous laisser mourir là sur ce sol natal. Oui mon geste est cruel, il faut me pardonner, si je vous ai cueillis c’est pour vous voir faner devant un cher portrait ou bien sur des tombeaux.

Exilée, j’aime à vous emporter vers la cité papale, afin que vous prolongiez des heures agréables le charmant souvenir. 

 

 

Alors en contemplant votre mauve rosé qui pâlit et se fane, je verrais mon hameau natal, avec sa frondaison de bois, la maison de l’ancêtre, les saules du ruisseau, et le beau tamaris planté par mon grand-père André, le Soureillan tu surgiras dans ma pensée ainsi que la Jasse avec ses cerisiers et ses tombes disséminées sous les lilas et les rosiers. Et je verrais encore le Serre Blanc et le pré du moulin et la carrière 

 

 Nozières, cher Nozières ou les miens ont laissé la trace de leurs pas.

 

famille Mazel Nozières.PNG

Alors que vous aimez la fraîcheur des sommets, quel étrange destin, o mes chers cyclamens, vous fîtes naître à Nozières ?

Mystère qu’on a pas jusqu’ici éclairci et qui ouvre le champ à bien des hypothèses. Sœur de Seyne m’a dit que son père surpris de vous trouver ici avait fait des recherches. Prélevant un échantillon de terre il l’a analysé, et l’analyse a montré que ce filon de terre serait constitué comme les sols alpestres. Et ma vielle tante incline à penser que petites fleurs par un hôte du prieuré, vous avez pu être apportées de Palestine.

Oh ! Que vous soyez des Alpes ou de Jérusalem peu importe pour moi, continuez cyclamens à fleurir à Nozières. Oui ce serait trop triste si vous disparaissiez, car le vallon lui-même perdrait de son attrait, que l’automne vous voit donc chaque année plus nombreux pour le charme du bois et le plaisir des yeux, et donnez-moi encore quelque fois l’occasion de revenir fidèle une fois chaque année faire un pèlerinage au bois de mon grand-père. 

2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 

Note : Le Soureillant la grande terre qui part du ruisseau à la petite maison de mon oncle Horace qui est elle-même la Jasse, autrement dit la bergerie.

 

2012 02 24-25 005.jpg

Vous pouvez vous rappeler aussi que les tombes de mon grand-père et de mes oncles et tantes, ses fils du premier lit, sont devant la Jasse. Comme tous les protestants et Nozières n’ayant pas de cimetière on enterrait alors dans la propriété. Les cerisiers, mon grand-père affectionnait les cerises et planta beaucoup de cerisiers. Il aimait à faire admirer ces beaux fruits  aux enfants et à les distribuer généreusement. Sa tombe se trouve auprès de l’arbre qu’il affectionnait.

Le pré du moulin, il y a eu là peut être un moulin dans le temps, n’est autre que le petit pré où nous avons cueilli des primevères.

CPA - Nozières ancienne église romane (XIIIe s.).jpgLe prieuré, actuellement la ... (mot indéchiffrable) Blanche, que mon arrière-grand-père acheta au dernier prêtre qui y habitait. Il lui assura de son vivant un logement et à sa mort par respect à la parole donnée il le fit enterrer dans le cœur qui se trouve être maintenant une cave.

Si vous avez l’occasion demandez à voir la cave et le jardin ou se trouve le plus joli puits recouvert d’un lierre, un délicieux puits, un amour de puits qu’admirèrent avant moi tant de MAZEL.

Andrée.PNG

 

Cette ode aux cyclamens ainsi que l’appelle pompeusement mon oncle Raulet, a été quoique arrangée un peu pour vous, tirée de ma cervelle à l’occasion de la fête de ma tante - St André 30 novembre.

 

 

 

Deux petits "rajouts" à ce texte d'Andrée au sujet du cyclamen de Nozièrescyclamens,automne,jardin,saison,andrée mazel,nozières les bois

 

 

 

 

 

Jean-Pierre Chabrol y fait référence dans son livre "contes à mi-voix"

cliquer sur l'image pour lire le texte

 

 

 

 

 

 

 

 

...et il était paru un petit article dans une revue "très scientifique et très sérieuse" qui paraissait assez aléatoirement au Pied de la Tour il y a quelques années (et même au siècle dernier pour tout dire !)

Cliquez sur le lien pour y avoir accès : BOTANIQUE le cyclamen de Nozières.pdf

Bon dernier week end d'octobre, comme le chante si bien Francis Cabrel

 

chanson que je dédie à mon amie lointaine, Catherine, dont c'est l'anniversaire aujourd'hui ;-)

cyclamens,automne,jardin,saison,andrée mazel,nozières les bois

lundi, 22 octobre 2012

L'automne selon Andrée Mazel

Aujourd'hui nous retrouvons Andrée Mazel, cette Boucoirannaise de la première moitié du siècle dernier à la plume si bien trempée dans l'encre de ses souvenirs, pour une balade automnale en deux temps, afin de vous laisser apprécier sa prose et ne pas trop vous fatiguer (les jambes à nous suivre ou les yeux à lire...)

Toujours grâce à son filleul Michel voici un nouveau texte que j'avais gardé sous le coude en attendant la saison appropriée ;-)

Les photos anciennes sont sorties des archives de la famille Raulet/Mazel et les plus récentes font parties de la "banque d'images" du hérisson ;-))

Le titre original de ces écrits est "Cyclamens de Perse ou de Jérusalem"

 cyclamens,automne,jardin,saison,andrée mazelPlus de chants, plus de rires, le raisin est cueilli, les joyeux vendangeurs ont déserté la vigne.

Parfois, poursuivant le gibier, un chasseur s’aventure parmi les ceps jaunis. Une détonation trouble alors le silence, un chien court ramasser le lapin pantelant, ou bien la perdrix grise que le plomb a tué.

Le fond de l’air est frais, dans un ciel bleu lavé le soleil brille moins que dans le plein été. Les dernières pluies ont fait naître au flanc de la colline des ruisseaux transparents ou des sources pleureuses qui baignent les rochers. cyclamens,automne,jardin,saison,andrée mazel

Avant de s’engourdir dans l’hivernal repos la nature est à l’œuvre.

Par ses soins les combes se tapissent de bruyères pourprées et des humus féconds sortent les champignons.

Les glands tombent des chênes et dans un feuillage luisant parmi des grappes de fleurs blanches, l’arbouse veloutée attends d’être cueillie.

cyclamens,automne,jardin,saison,andrée mazelLes feuilles du châtaignier commencent à jaunir et les bogues entrouvertes laissent échapper dans les genêts, sur la bruyère, leurs petits fruits agrestes et bruns. Enfin pour attirer la grive gourmande les baies de genévrier bleuissent.

O mélancolique saison, dans le murmure de tes sources, dans le chant timide des oiseaux et dans l’or de tes frondaisons, c’est invariablement le même air : 

Automne tu nous mènes aux portes de l’hiver, Été de St Michel comme tu passas vite, déjà St Martin s’est saisi du flambeau vacillant.

Des belles journées ensoleillées que reste t’il ? Rien ou si peu de chose !

cyclamens,automne,jardin,saison,andrée mazelLe jardin potager sent déjà la misère et presque l’abandon.cyclamens,automne,jardin,saison,andrée mazel

 Plus de fleurs, un feuillage rouillé, sur les bois des tuteurs les pauvres haricots pendent piteusement. Les aubergines et les beaux fruits d’amour pâlissent et se tavellent sur des tiges fanées, cependant qu’au carré d’à côté les beaux choux, tels des bourgeois repus, étalent leurs gros ventres et font les importants. On comprend aisément leur langage. 

cyclamens,automne,jardin,saison,andrée mazelEntendez les parler :

- "Maintenant que ces coquettes parées de rouge et de violet ne font plus les faraudes nous avons des coups d’œil et des visites et du succès.. A ces dames exigeantes il faut des soins appropriés du beau temps, du soleil, des arrosages copieux. Nous, bons types, savons nous contenter de peu et si dame chenille nous laisse un peu tranquilles, arrondissant notre volume nous devenons, ma foi une plantureuse légume.cyclamens,automne,jardin,saison,andrée mazel"

 

 Touché dans son orgueil le potiron rétorque :

- "Tout doux, tout doux, monsieur le chou n’oubliez pas que je suis là ! ! Tout comme vous je crois tenir le coup. Regardez mon beau ventre doré, fait-il envie ou bien pitié ?"cyclamens,automne,jardin,saison,andrée mazel

 

 Alors cette asperge du pauvre, le poireau, redresse son panache et regardant de haut la cucurbitacée riposte vivement : 

- "Tarnagas, té montés pas lou co, régardo un paou ti fïéyos son en trin de passo et sé lou mestré ven pas léu té cuelli adiou pécaïre toun beou ventre, sas ben venjian qu’aoüs cougourliers y faoü pas la plouvine*" et l’incident est clos.

 

.../...

Tout comme ce premier épisode... la suite à plus tard ;-)

 

*Aïe, je sens bien qu'il me faut traduire la dernière phrase, la répartie du porrì : Tarnagas, ben déjà ça, ça se traduit pas ! en fait c'est une pie grièche mais on traite pas les gens de pie grièche quand ils sont un peu niéqué, un peu couillon, on les traite de tarnagas ! ne te monte pas le coup ( ne te fais pas des idées), regarde un peu tes feuilles qu'elles sont en train de passer et si le patron ne vient pas bientôt te cueillir (tu peux dire) adieu à ton beau ventre, tu sais bien [venjian : ça c'est un mot qui nous pose problème dans sa traduction mais pas nécessaire à la compréhension de la phrase alors c'est peut-être une interjection] que les plants de courge n'aiment pas la pluie. Là aussi la plouvine peut être la barbaste, le djalibre, la gelée blanche quoi ! Mais que ce soit une pluie fine ou une bonne barbaste il vaut mieux rentrer les courges avant ! Car c'est bien connu que c'est au soleil que les courges mûrissent

cyclamens,automne,jardin,saison,andrée mazel

cyclamens,automne,jardin,saison,andrée mazel