Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 26 octobre 2012

L'automne selon Andrée Mazel... à Nozières les Bois

Suite et fin du texte d'Andrée Mazel, consacré à l'automne

Cette partie est plus centrée sur le hameau de Nozières, berceau de la famille Mazel et sur les petites fleurs roses qui y poussent à foison dans les sous bois...

Il faut savoir que les écrits d'Andrée Mazel datent d'avant 1950... quand le chrysanthème n'était que la fleur de saison et n'avait pas encore son "charisme mercantile" du 1er novembre, que le cyclamen de Naples, ou à feuille de lierre, n'avait pas encore connu son heure de gloire botanique et que Nozières était encore un hameau au milieu des bois !

volubilis.JPG"Sous l’emprise du vent les feuilles détachées tombent dans les allées et le gazon se fane. Quelques dernières roses exhalent un parfum finissant. Les tardifs dahlias et les rustiques zinnias ont encore de l’éclat mais on les sent frileux et las. Par bravade soucis d’or et gaillardes jettent leurs derniers feux tandis que les volubilis bleus lentement agonisent.

Le seul luxe du moment, ce sont les chrysanthèmes. Petits pompons blancs, roses ou lie de vin, des chrysanthèmes nains qui forment les bordures, fleurs simples, chaudron, rouge ou panachée, boules auxchrysanthèmes.PNG pétales échevelées, chrysanthèmes incurvés aux ligules blancs purs, lilas cuivres et mordorés, ils sont tous beaux et ont chacun leurs charmes.

Débordant de larges amphores à l’étalage des fleuristes on les retrouve encore, attirant le regard des passants, ils éclipsent pour le moment les glaïeuls élégants et les œillets de Nice. Fleur magnifique qui nous fait rêver de ce lointain Japon, des palais de bambous, des mignonnes mousmées se rendant aux pagodes. Peut être vous aussi pensant à tout cela vous pouvez regretter votre lointaine Asie ?

cyclamen carmin.jpgVous ne répondez pas seulement pour exhaler votre nostalgique regret vous vous penchez un peu plus bas vers votre voisin, ce cyclamen de Perse. A vos côtés, dans un vase de terre il trône magnifique avec ses feuilles sombres et ses fleurs de carmin.

Cette plante fleurie mettrait dans ma chambrette une note de fantaisie, un petit air de fête, mais le prix excessif pour ma bourse simplette me fait différer cet achat somptuaire. Sage sachant limiter mes désirs, je vous laisse alors, là sur cette étagère ou j’aurais encore le plaisir de vous admirer à loisir.

Je ne regrette rien, car même aurais-je les moyens de vous posséder, je ne pourrais oublier vos petits parents pauvres ..les cyclamens des bois ! !

 2009 09 30 36 balade - cyclamens.JPG

Non, non, vous n’avez pas leur grâce sauvageonne, leurs teintes délicates, ni ce parfum discret qu’ils n’ont que dans le bois. Comme les violettes leurs sœurs, ces fleurs graciles et charmantes sont modestes et aiment se cacher.

C’est pour eux que les lierres et les mousses s’imprègnent de rosée.

« Sans moi, sans mon humus dit la touffe de yeuses, ils n’existeraient pas » heureux de leur présence, le petit bois conspire et se ligue pour mieux les garder.

2012 09 19 020.jpg

Le petit houx s’érige en défenseur et son dard acéré semble vouloir me dire «tu sais, ils sont à moi, tu ne les auras pas ou bien prends garde à toi, qui s’y frotte s’y pique. Et c’est encore pour eux que les ronces et les salsepareilles s’enchevêtrent à plaisir.

2012 09 19 013.jpgPeine perdue, oui, car tous ces dards et ces épines ne m’impressionnent pas. Prudente, je me glisserai lentement dans les touffes, doucement de mes mains j’écarterai les buissons, pour le plaisir de cueillir un bouquet.

Tout ce qu’on aime tant, comme on peut l’aimer mal et le faire souffrir ! ! Graciles cyclamens ce serait bien plus sage de vous laisser mourir là sur ce sol natal. Oui mon geste est cruel, il faut me pardonner, si je vous ai cueillis c’est pour vous voir faner devant un cher portrait ou bien sur des tombeaux.

Exilée, j’aime à vous emporter vers la cité papale, afin que vous prolongiez des heures agréables le charmant souvenir. 

 

 

Alors en contemplant votre mauve rosé qui pâlit et se fane, je verrais mon hameau natal, avec sa frondaison de bois, la maison de l’ancêtre, les saules du ruisseau, et le beau tamaris planté par mon grand-père André, le Soureillan tu surgiras dans ma pensée ainsi que la Jasse avec ses cerisiers et ses tombes disséminées sous les lilas et les rosiers. Et je verrais encore le Serre Blanc et le pré du moulin et la carrière 

 

 Nozières, cher Nozières ou les miens ont laissé la trace de leurs pas.

 

famille Mazel Nozières.PNG

Alors que vous aimez la fraîcheur des sommets, quel étrange destin, o mes chers cyclamens, vous fîtes naître à Nozières ?

Mystère qu’on a pas jusqu’ici éclairci et qui ouvre le champ à bien des hypothèses. Sœur de Seyne m’a dit que son père surpris de vous trouver ici avait fait des recherches. Prélevant un échantillon de terre il l’a analysé, et l’analyse a montré que ce filon de terre serait constitué comme les sols alpestres. Et ma vielle tante incline à penser que petites fleurs par un hôte du prieuré, vous avez pu être apportées de Palestine.

Oh ! Que vous soyez des Alpes ou de Jérusalem peu importe pour moi, continuez cyclamens à fleurir à Nozières. Oui ce serait trop triste si vous disparaissiez, car le vallon lui-même perdrait de son attrait, que l’automne vous voit donc chaque année plus nombreux pour le charme du bois et le plaisir des yeux, et donnez-moi encore quelque fois l’occasion de revenir fidèle une fois chaque année faire un pèlerinage au bois de mon grand-père. 

2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 2012 09 19 006 cyclamen.JPG 

Note : Le Soureillant la grande terre qui part du ruisseau à la petite maison de mon oncle Horace qui est elle-même la Jasse, autrement dit la bergerie.

 

2012 02 24-25 005.jpg

Vous pouvez vous rappeler aussi que les tombes de mon grand-père et de mes oncles et tantes, ses fils du premier lit, sont devant la Jasse. Comme tous les protestants et Nozières n’ayant pas de cimetière on enterrait alors dans la propriété. Les cerisiers, mon grand-père affectionnait les cerises et planta beaucoup de cerisiers. Il aimait à faire admirer ces beaux fruits  aux enfants et à les distribuer généreusement. Sa tombe se trouve auprès de l’arbre qu’il affectionnait.

Le pré du moulin, il y a eu là peut être un moulin dans le temps, n’est autre que le petit pré où nous avons cueilli des primevères.

CPA - Nozières ancienne église romane (XIIIe s.).jpgLe prieuré, actuellement la ... (mot indéchiffrable) Blanche, que mon arrière-grand-père acheta au dernier prêtre qui y habitait. Il lui assura de son vivant un logement et à sa mort par respect à la parole donnée il le fit enterrer dans le cœur qui se trouve être maintenant une cave.

Si vous avez l’occasion demandez à voir la cave et le jardin ou se trouve le plus joli puits recouvert d’un lierre, un délicieux puits, un amour de puits qu’admirèrent avant moi tant de MAZEL.

Andrée.PNG

 

Cette ode aux cyclamens ainsi que l’appelle pompeusement mon oncle Raulet, a été quoique arrangée un peu pour vous, tirée de ma cervelle à l’occasion de la fête de ma tante - St André 30 novembre.

 

 

 

Deux petits "rajouts" à ce texte d'Andrée au sujet du cyclamen de Nozièrescyclamens,automne,jardin,saison,andrée mazel,nozières les bois

 

 

 

 

 

Jean-Pierre Chabrol y fait référence dans son livre "contes à mi-voix"

cliquer sur l'image pour lire le texte

 

 

 

 

 

 

 

 

...et il était paru un petit article dans une revue "très scientifique et très sérieuse" qui paraissait assez aléatoirement au Pied de la Tour il y a quelques années (et même au siècle dernier pour tout dire !)

Cliquez sur le lien pour y avoir accès : BOTANIQUE le cyclamen de Nozières.pdf

Bon dernier week end d'octobre, comme le chante si bien Francis Cabrel

 

chanson que je dédie à mon amie lointaine, Catherine, dont c'est l'anniversaire aujourd'hui ;-)

cyclamens,automne,jardin,saison,andrée mazel,nozières les bois

Commentaires

Sacrée belle histoire, de cette personne dont j'avais entendu parler sans trop savoir qui elle était, ce quelle faisait ou ce quelle avait fait.

Écrit par : Bernard | vendredi, 26 octobre 2012

Et elle était exilée dans le Vaucluse... comme toi !

Écrit par : Pat | vendredi, 26 octobre 2012

Quelle belle note !
Où l'histoire est jalonnée de fleurs et les mots nous informent à souhait; un grand merci pour TOUT:)
Bonne fin de semaine et bises fleuries.

Écrit par : Michèle | vendredi, 26 octobre 2012

Pour vous Michèle un beau bouquet virtuel de nos cyclamens uniques ;-)

Écrit par : Pat | vendredi, 26 octobre 2012

ah les cyclamens qu'elle beautée ,
il y a le parc de Campuget qui est rose tous les ans , je ne sais pas d'ou ils viennent mais je les ai toujours vu et tous les ans je faisais des bouquets entourés par des feuilles de violettes pour ma Mamman , Mme Delassus et Mme Dalle.
au fait Pat que sont devenus les cyclamens déplacés ?

Écrit par : Régis | vendredi, 26 octobre 2012

faut prendre votre voiture Régis, mettre Madame au volant, vous asseoir à la place du passager avant, prendre la 2x2 voies à Ners, descendre vers Nîmes, passer tout doucement à hauteur du pont après le Serre Blanc et bien ouvrir les yeux pour voir si c'est tout rose du côté du couchant ;-)

Écrit par : Pat | vendredi, 26 octobre 2012

et si le mot indéchiffrable était : maison.....
Ce serait rigolo La maison Blanche à Nozières
Un peu comme la croix blanche de Boucoiran (qui elle est noire!)

Écrit par : la dame du mézadou | vendredi, 26 octobre 2012

dans ce cas ce serait la maison de Blanche qui se situe à côté de l'église
J'ai "mangé" le nom de Blanche... la maman de Mimi Labourel :-((

Écrit par : Pat | vendredi, 26 octobre 2012

j'ai rien vu a part de l'herbe haute

Écrit par : Régis | vendredi, 26 octobre 2012

Alors... c'est que comme Landolfi... ils sont morts !

Écrit par : Pat | vendredi, 26 octobre 2012

la maman de Mimi Labourel s'appellait Blanche Michel

Écrit par : claudine | vendredi, 26 octobre 2012

merci Claudine, tu es en passe de devenir la mémoire du village ;-) (avec le jardinier bien sûr :-)))

Écrit par : Pat | vendredi, 26 octobre 2012

Les commentaires sont fermés.