Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 25 février 2012

Les colles à Pat - la réponse

Les "filles z'associées" ont découvert (non sans mal ;-)) où se rendaient d'un si bon pas ces messieurs endimanchés. Normal ! les mecs, l'eau c'est pas leur premier souci ;-)

Bravo à elles !

2012 02 21 archives municipales 148.jpg

Comme il est dit en titre de la photo ci-dessus ils allaient... pouvoir mettre de l'eau dans leur absinthe (comme dirait Magali ;-)), et trinquer aux efforts des municipalités successives grâce à qui l'eau potable arrivait enfin au village

Oh, pas encore au robinet de l'évier ou du lavabo, non ! A des bornes fontaines disséminées dans le village, c'était déjà pas mal !

Certes depuis le milieu du 18e siècle le canal traversait le territoire de la commune et contribuait à l'abreuvement des bêtes et au lavage et servait aussi il faut bien le dire d'égoût. Son eau ne pouvait donc être consommée par les humains. Qui eux devaient faire appel à des puits, dont un se trouvait place du Portalet -côté écoles- au pied de l'escalier qui relie les deux parties de la place. On l'aperçoit au fond à gauche, sur cette ancienne carte postale

003d-place du Portalet et les écoles.JPG2012 02 24-25 027.jpg

 

 

"Plus besoin de remonter la lourde chaîne rouillée du puits du "Portalet" à la grinçante poulie... une légère pression de la paume sur le poussoir du robinet pour faire jaillir l'eau claire..." à la borne fontaine qui se nichait dans le mur de la cour des écoles, raconte Etienne Valette dans son livre "Contes vrais pour mes petits enfants". Aujourd'hui il n'en subsiste que le logement... Mais quel grand progrès à l'époque !

 2012 02 24-25 029.jpg

 

 

Et je suppose que "ce vestige" était une borne fontaine à la place de la Révolution !

Là, j'en appelle à la mémoire de ceux qui l'ont connue en fonction !

 

  

 

Dans le livre d'E.Valette on retrouve in extenso le texte du discours de l'architecte en charge des travaux d'adduction d'eau : Gaston Dombre (il n'est malheureusement pas sur la photo !) qui deviendra maire de la commune en 1904. Texte très intéressant que je retranscrirai peut-être un jour, mais bon nombre d'entre vous doivent l'avoir dans leurs bibliothèques puisqu'il était disponible aux Journées du Patrimoine, grâce à son fils, Pierre, qui est président de la FAHG (Fédération Archéologique et Historique du Gard)

2009042978 Station pompage - ex moulin à vent.JPG

 A l'époque l'eau était donc pompée dans la plaine de Lavol (à côté du terrain d'exercice des chiens, parfaitement Claudine) par un moulin d'auro, un moulin à vent, dont il ne reste que le batiment, les ailes ayant été emportées par le Mistral... ou plus vraisemblablement par le progrès et remplacées par un moteur diesel...

" ... Le pompage en nappe souterraine et le refoulement des eaux étaient assurés par un moulin à vent, dont la roue à ailettes actionnait un moteur alimentant un réservoir en maçonnerie d'une capacité de 320 mètres cubes installé dans le village (les actuels ateliers municipaux comme le disait Sylvia). La canalisation en fonte de 70 mm de diamètre suivait sensiblement sur une longueur de 1600 m le tracé en plaine de la RN 106..." E.Valette

2009042974 Station pompage - ex moulin à vent.JPG

Le débit de l'eau -amené au village par des tuyaux en fonte- était de 100 litres par habitant et par jour !!! Je pense, que de nos jours, il a sensiblement augmenté... n'est-ce pas Yves;-)

Ces énormes travaux avait demandé un important investissement financier à la commune et à ses habitants. Et il est bon de savoir que devant l'énormité de la somme... Nozières et Lavol ne seront raccordés que bien plus tard au réseau d'eau potable... qui sera rénové en partie dans les années 1970 sous le mandat d'Allain Gérard, qui établira aussi le tout à l'égoût. Mais il reste beaucoup à faire... pensez-y quand vous râlez après le robinet d'où ne sort pas une goutte quand une fuite d'eau oblige les services municipaux à intervenir sur le réseau plus que centenaire. Ils ne coupent pas l'eau pour le plaisir ni rien que pour vous embêter... Et ayez une pensée "émue" pour vos ancêtres qui devaient aller chercher l'eau au puits par tout temps et en toute saison !

Je laisserai le mot de la fin à Gaston (Dombre, pas son homonyme qui a tenu le café du Nord vous allez comprendre pourquoi !) qui dans son discours notait : "L'eau est la base de notre alimentation, la boisson par excellence.... [de] plus il a été remarqué que dans les cités bien pourvues d'eau, l'abus de liqueurs alcooliques diminue;-DDD 

hérisson bleu santé.PNG

Vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir !

ah encore un truc : si quelqu'un sait qui est ce Maurice Boucoiran, qui a fait don de la photo à la municipalité, il est le bienvenu pour nous en parler... Des Boucoiran, paradoxalement, il n'y en a pas au Pied de la Tour, mais ils abondent à Brignon ou à Moussac !!!

Commentaires

a LAVOL HAUT il y avait une borne (rue de la fontaine).
Pat demande à J P Teissier il te racontera.
a LAVOL BAS il y a le chemin du puits ou des puits je crois ?
Il m'est arrivé trés souvent de signaler le manque d'eau vu ma position sous le chateau d'eau , la dernière fois j'ai réveillé très tard Jacky il y avais un torrent sur le chemin de Trèpe Loup , pauvre Jacky et merci a Joel et Emrik qui était là le matin à 6 HEURES pour réparer.

Écrit par : Régis | samedi, 25 février 2012

Je ne sais pas(pas encore ;-)) quand Lavol a été raccordé au réseau d'eau potable
Et la fontaine a disparu dans la rue du même nom !
Quand au puits à Lavol Bas il est toujours là : caché sous le lierre ;-)

Écrit par : Pat | samedi, 25 février 2012

je n'ai pas vu d'eau couler à la fontaine contre le mur de la cour des écoles par contre je me suis souvent caché dans ce renfoncement vu que j'habitais en face ...

Écrit par : le bouif | samedi, 25 février 2012

Ben t'était déjà pas gros ;-DD
Et l'eau était déjà dans les maisons dans les années 50 alors ?
Et pour ma borne devant la maison Blanc ?

Écrit par : Pat | samedi, 25 février 2012

J'ai souvenir d'une fontaine placée près de la poste qui se trouvait alors dans la rue allant du café à la boulangerie Malzac .Une maman de 5 enfants venait régulièrement de la route nationale pour remplir (et porter !) 2 seaux ! C'était en 1953/54/55 ...J'étais jeune ,mais émue par ce courage ! ...et cette dame était toujours gaie .
Les adultes grondaient les enfants qui jouaient avec l'eau des fontaines...sans doute y avait-il conscience que c'était un bien précieux à ne pas gaspiller inutilement.

Écrit par : Yvette COSTE | samedi, 25 février 2012

Ô tempora, Ô mores, maintenant on laisse couler l'eau au robinet... et on râle tout le temps ;-D

Écrit par : Pat | dimanche, 26 février 2012

la borne devant les BLANC ? je ne l'ai jamais vue en eau ... à ma maison de la route il y avait un robinet sur l'évier de la cuisine ...
c'est étonnant que le château d'eau se trouvait à peu prés au niveau du haut du village ce qu'il faut que des maisons ne devaient pas avoir beaucoup de pression au robinet ...

Écrit par : le bouif | dimanche, 26 février 2012

Ben du temps où ils ont construit le réservoir il y avait peu de maisons construites aussi haut... et puis c'était pour alimenter des fontaines, qui avaient du être construites plus bas... ils n'étaient certainement pas visionnaires au point de penser que 50 ans plus tard tout le monde aurait l'eau DANS sa maison ;-)
Ce qui explique que maintenant le réservoir est construit... sur la tête à Régis ;-) à Lavol Très Haut !... mais y'a toujours pas beaucoup de pression au 2e étage de la place du Portalet !

Écrit par : Pat | dimanche, 26 février 2012

Le réservoir de 320 m3 a été transformé en ateliers municipaux ? J'espère que beaucoup d'habitants de Castelnau-Valence vont lire cet article. Notre réservoir serait à la vente parce qu'"à quoi voulez vous qu'il serve?. On ne peut rien en faire".

Écrit par : Christine | dimanche, 26 février 2012

Tout se recycle Christine... pas toujours de façon heureuse, mais tout se recycle !

Écrit par : Pat | dimanche, 26 février 2012

j'ai cherché en vain un Boucoiran à Brignon dans l'annuaire avec l'intention d'y faire appel sur mon blog, je n'en ai pas trouvé! Mais il y en avait peut-être dans le passé.

Écrit par : Marsel | dimanche, 26 février 2012

Merci de votre aide Marsel. C'est vrai que le nom de Boucoiran relié à Brignon je l'ai lu récemment dans des textes datant de la Révolution(du temps où Boucoiran était chef-lieu de canton !) ;-D...

Écrit par : Pat | dimanche, 26 février 2012

Il y avait aussi un Boucoiran à Castelnau-Valence. Il était même garde champêtre et il annonçait les nouvelles dans le village avec son tambour. Mais il s'appelait Célestin et son fils Ernest.

Écrit par : Christine | dimanche, 26 février 2012

Et oui il y avait des Boucoiran partout sauf à Boucoiran !
Comment expliquer ça ???

Écrit par : Pat | dimanche, 26 février 2012

quand j'habitais le Grau du roi (c'était il y a 39 ans ),la Pharmacienne s'appelait Mme Boucoiran ,fille Donatucci (restaurant le Splendid ) mais elle doit être à la retraite depuis longtemps ...si elle vit toujours et il y a aussi un pédiatre à Nîmes qui s'appelle Boucoiran .....mais qui j'espère est bien vivant

Écrit par : Danielle | mardi, 28 février 2012

"Un boucoiran" de plus. Effectivement, j' ai un collègue de travail qui s'appelle
Thierry Boucoiran qui habite à ST THEODORIT ainsi que ses parents mais je ne me souviens plus du prénom de son père, décédé.

Écrit par : yvelise | mercredi, 29 février 2012

Les commentaires sont fermés.