Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 22 décembre 2011

Contes à rebours J-10

Pour le pourquoi du comment de la chose voir la note du 20 décembre ICI guirlandegif.gif

 Mars 2011 

contes à rebours 

 

"Où on pourrait languir que notre dernière heure arrive..."

 

 

 

DERNIERE ESCALE PARADISIAQUE

 

 LIBERTE D'ECOUTE : Si vous souhaitez écouter la musique qui va avec cette note cliquez sur la flèche dans le lecteur ci-dessus !

Il est encore des endroits de la commune que le hérisson bleu ne connait pas, malgré presque 50 ans de présence au Pied de la Tour !

Et tout récemment, accompagné de son fidèle collaborateur à quatre pattes, il a découvert une "bulle de sérénité hors du temps" quasiment au coeur du village. Coeur qui se déplace au gré des constructions qui gagnent les bois....

Certains d'entre vous pourront trouver cette note un tantinet "macabre", mais pour le hérisson bleu les cimetières ne sont pas des lieux nécessairement tristes. Sauf le jour où on accompagne à sa dernière demeure un parent ou un ami. Mais là c'est plutôt la séparation qui est douloureuse

En fait j'aime bien arpenter les allées du cimetière en lisant les noms sur les stèles. Tout plein de souvenirs remontent alors à ma mémoire et en général on ne conserve que les bons moments, vécus, ou entendus racontés, avec les disparus....

Bon là je m'égare. Puisque nous en étions à errer du côté du cimetière, prenons notre courage à deux mains et gravissons le nouveau chemin des Aires Hautes. Soit dit en passant, endroit où on a du faire notre deuil des asperges sauvages qui y poussaient à foison avant d'être remplacées par des maisons, mais bon... Arrivés au faîte de la colline il suffit de se laisser tout doucettement redescendre de l'autre côté, d'oublier le chemin de la muscadelle qui se perd dans les bartas sur la droite, et entre deux maisons nouvelles, prendre un petit sentier qui grimpe allègrement d'anciennes faïsses

On arrive devant un grand mur, percé d'une porte qu'on pousse, un peu fort car les visites sont rares et la végétation y reprend tous ses droits

Et on est accueilli par ceci, une fois gravies quelques marches

HPIM0436.JPG

Avouez que comme accueil il y a pire !

On ne sait où poser les pieds tant les fleurettes tapissent le sol. Les violettes y côtoient les jacinthes sauvages et les petits iris bleus s'éparpillent librement entre les tombes

 

HPIM0449.JPG

 

 

HPIM0451.JPG 

 

HPIM0440.JPG

Car il s'agit bien d'un cimetière. Celui de Brouzet pour être plus précise 

J'en avais souvent entendu parler mais jamais je n'y avais mis les pieds... jusqu'à ce vendredi matin où je suis entrée dans cette bulle hors du temps et du monde, enserrée dans de hauts murs qui l'isolent du monde des vivants pourtant si proche et si bruyant (le nouveau lotissement en chantier est juste au dessus)

Quel endroit paradisiaque où passer l'éternité...

N'est-ce pas Woody Allen qui a dit "L'éternité c'est long,...surtout vers la fin !";-)

 

HPIM0442.JPG

 

 

HPIM0443.JPG

 

 

HPIM0444.JPG

HPIM0456.JPG

Un chêne vénérable (mais pas remarquable) étend ses branches protectrices et un banc de pierre invite à la méditation et au souvenir

D'ailleurs même Billy s'est laissé envoûter par la magie de ces lieux et a pris un air de poète inspiré au milieu des violettes

HPIM0446.JPG

Cependant quelques questions se posent :

pourquoi ce cimetière, puisqu'il y en a un autre à deux pas de là et dont certaines parties sont bien aussi anciennes que celui-là ?

Ce n'est pas un cimetière protestant car d'après ce que j'ai pu y voir il est "oecuménique"

Pourquoi ce nom de Brouzet ? Ce n'est pas l'appellation du "quartier" qui serait plutôt "les Clos". Dans un dictionnaire de noms de lieux(*) il est noté que Brouzet viendrait de l'Occitan brost : "ramée" qui augmenté du suffixe -etum désignerait un lieu rempli de broussailles...

quelle était la fonction de cette maisonnette écroulée dans l'enceinte même du cimetière ? Ce n'est pas une tombe à l'abandon, il est rare d'y trouver des volets aux fenêtres, les occupants n'étant plus guère sensibles à la lumière du jour...

 

HPIM0450.JPG

 

Mais Billy s'étant sûrement fâché avec sa muse, et l'heure tournant, il nous fallut bien quitter ce havre de paix pour retrouver le train-train de la vie quotidienne....

 

HPIM0457.JPG

carte cimetière de Brouzet.JPG

 

 Si vous non plus vous ne connaissez pas ce lieu, vous pourrez le repérer sur la carte ci-contre, que vous pouvez agrandir en cliquant dessus

(*) en ce qui concerne l'ouvrage cité plus haut voici ses références : "Dictionnaire des noms de lieux des Cévennes" - Paul Fabre - Editions Bonneton - oct 2000

 

 

 

 

 Mise à jour du vendredi 18 mars

 Je reprends dans le corps de la note deux témoignages pouvant expliquer le pourquoi de ce cimetière :

 "d'aprés mon informateur le nom vient du propriétaire du terrain MR Brouzet et
normalement celà était pour les personnes peu fortunées et ta fenêtre au volet démoli était un puits, l'eau de la toiture servait de réserve d'eau". Écrit par : Claudine et Alain | mercredi, 16 mars 2011 

 

 

 alors aujourd'hui j'ai eu une autre version du pourquoi de ce cimetière.
La maisonnette écroulée aurait été un mazet comme il y en avait tant d'autres dans les bois et les faïsses. La propriétaire de ce mazet aurait perdu sa fille encore très jeune et l'aurait faite enterrer sur sa propriété, sûrement parce qu'elle était protestante. Elle venait tricoter sur le banc toutes les après-midis "aux côtés" de sa fille. Par la suite elle aura légué sa terre à la municipalité et d'autres sont venus "profiter" de la quiétude du lieu..... Ecrit par Pat, d'après Dédée par l'entremise de Vivi ! Vendredi 18 mars 2011

 cimetière,brouzet,stèles,tombes,violettes,iris,jacinthe 
Pour connaitre le fin mot de l'histoire rendez-vous ICI
 
Commentaires

Très intéressant ce reportage.
Les petites fleurs que personne (bonjour Eliane) ne vient couper sont adorables dans leur univers.
Le banc me fascine, oui ça donne bien une impression de paix.
Moi qui trouve rarement les bons mots, je suis ravie des tiens.

Écrit par : Colapat | mardi, 15 mars 2011

C'est toi qui a trouvé le mot juste : PAIX !

Écrit par : Pat | mardi, 15 mars 2011

Alors, moi , lorsque j'étais petite, j'allais toujours m'y promener avec ma grand mère, lorsqu'elle n'avait pas envie de faire un grand tour!!!Elle emmenait le gouter et le jeu des 7 familles, et nous passions là, une bonne partie de l'après midi.A l'époque, il y avait un tapis de trefles, et couchées dessus, nous cherchions le porte bonheur!!!!
Il y avait aussi des massifs de pervanches....l'entrée du paradis quoi!!!
Trés bons souvenirs.

Écrit par : Magali de Gannat | mardi, 15 mars 2011

C'est marrant mais tu n'es pas la seule Magali à me dire que c'était un lieu de promenade et de pause pour les mamés et leurs petits enfants.
Et à l'époque il était en plein bois ! ça ne veut pas dire que tu es très vieille, comme te le font croire tes petits enfants, mais que les constructions autour sont récentes ;-)

Je ne suis donc pas la seule à trouver beaucoup de charme à ce petit coin de paradis...

Écrit par : Pat | mardi, 15 mars 2011

Il n'y a pas de mal à visiter les cimetières, on y apprend beaucoup de chose.
Mais toutes ce petites fleurs en ce lieu précis ne sont elles pas des âmes en réveil ? Alors surtout ne les piétinez pas, elles pourraient pleurer. " elles souffrent les fleurs je peux vous l'annoncer. Mais oui, je vous l'assure, elles souffrent les fleurs, car les fleurs et les coeurs sont de même nature ."

Écrit par : marsel | mardi, 15 mars 2011

J'ai eu la même pensée que vous Marsel en pénétrant dans ce "jardin extraordinaire" : toutes ces fleurs étaient le reflet des occupants des lieux....

Écrit par : Pat | mardi, 15 mars 2011

Quelle douce musique

Écrit par : Colapat | mercredi, 16 mars 2011

d'aprés mon informateur le nom vient du propriétaire du terrain MR Brouzet et
normalement celà était pour les personnes peu fortunées
et ta fenêtre au volet démoli était un puit ,l'eau de la toiture servait de réserve
d'eau
la musique qui accompagne ton magnifique reportage est bien choisie

Écrit par : claudine | mercredi, 16 mars 2011

Merci pour les infos, je suis casse-pied mais deux, trois trucs me turlupinent :
- ce devait être au départ pour les personnes peu fortunées mais par la suite d'autres familles s'y sont "installées" et elles devaient être un peu plus "argentées" car les chapelles ne doivent pas être données et j'y ai lu des noms qui de leur temps devaient faire plus envie que pitié
- un puits avec une fenêtre et des volets ??? En y réfléchissant j'avais pensé à un dépositoire...
- en tout cas c'est une riche idée que M.Brouzet a eu là

Et pour la musique c'est une berceuse...

Écrit par : Pat | mercredi, 16 mars 2011

La maison de retraite d'Aramon s'appelait "Le Paradis" et pouquoi pas "plus près de toi mon Dieu" puisqu'ils y étaient. Elle a été détruite par les inondations de 2002 , la nouvelle porte un autre nom.

Écrit par : AKELA | mercredi, 16 mars 2011 

Je ne qualifierais pas de Paradis les maisons de retraite... mais ça n'engage que moi !
Vaut mieux péter comme un esclop dans sa maison ou sur le chemin... mais on ne choisit pas :-(

En tout cas avec Billy on a décidé que si il y avait une alerte nucléaire aux gaz de schiste ben on prendrait nos cliques et nos claques et on irait finir nos jours au cimetière de Brouzet, au milieu des fleurettes

"Comm' un p'tit coqu'licot, mon âme !
Un tout p'tit coqu'licot"

Écrit par : Pat | mercredi, 16 mars 2011

Je ne laisse pas souvent de trace de mes passages
mais je voulais te dire que j'adore me balader avec tes notes
et que chaque jour j'attends la suivante avec impatience !!

Écrit par : Sylvia | jeudi, 17 mars 2011

alors aujourd'hui j'ai eu une autre version du pourquoi de ce cimetière.
La maisonnette écroulée aurait été un mazet comme il y en avait tant d'autres dans les bois et les faïsses. La propriétaire de ce mazet aurait perdu sa fille encore très jeune et l'aurait faite enterrer sur sa propriété, sûrement parce qu'elle était protestante. Elle venait tricoter sur le banc toutes les après-midis "aux côtés" de sa fille. Par la suite elle aura légué sa terre à la municipalité et d'autres sont venus "profiter" de la quiétude du lieu....

Écrit par : Pat | vendredi, 18 mars 2011

Bonjour , je suis l'heureuse voisine du cimetière de Brouzet donc je peux certifier que pendant 20 ans nous étions très tranquilles !!!!!!!!!maintenant avis aux visiteurs ,NE FAITES PAS TROP DE BRUIT!!!!!!!!!

Écrit par : danielle | mercredi, 23 mars 2011

Mais enfin pourquoi voulez-vous qu'on fasse du bruit dans un cimetière, les chantiers à l'ouest de chez vous sont bien plus bruyants que des visiteurs qui viennent rechercher la paix et la quiétude offertes par ce lieu ?

Écrit par : Pat | mercredi, 23 mars 2011 

contes à rebours, retour en arrière, Billy, cimetière de Brouzet

Commentaires

quand j'étais gaminet j'allais avec Monsieur FONTAGNEU (je dois estropier son nom) vers une tombe dans les bois au bord d'un chemin et il se livrait à un truc étrange ... il faisait brûler du soufre pour enfumer les araignées et il bouchait l'ouverture en forme de trèfle dans la haut porte pour que rien n'en réchappe ...
et un jeu consistait à grimper à la sainte cime des grands cyprès des tombes au bord du bosquet ...
pour la petite histoire si vous passez devant le carré où est enterré mon père vous pourrez y voir écrit " ancien combattant 39 45 contre le nazisme " car pour l'autre petite histoire noire je suis né il y a 68 ans dans la ferme au bord de la route (et non pas à la maternité car de nos jours les nouveaux venus naissent dans les hôpitaux et très rarement au village comme nous les anciens) et la cour de cette maison servait de cantine à une compagnie d'allemands ... et pour la toute der des der ma mère avait prévu de rouler mon frère Bernard dans un matelas et de le faire passer par la fenêtre de la cuisine et amortir sa chute en bas dans la ruelle pour pouvoir se sauver en cas de représailles de l'occupant ...

Écrit par : le bouif | vendredi, 23 décembre 2011

Fontanieu s'écrit comme ça !
Et je sais où elle est la tombe.
Le pauvre s'il la voyait maintenant blottie au milieu des bartas.
Toutes les bestioles de la création doivent s'y en donner à cœur joie.
Mais ça doit beaucoup plaire à Paulette sa femme qui adorait les bois... et les animaux !
J'ai des souvenirs galavards de la pâte de coings qu'elle confectionnait et qu'elle nous faisait partager Mmmmm !
Quand au truc du soufre contre les araignées je vais le donner à ma tante Monique pour la tombe de nos aïeux sinon elle va les faire mourir deux fois avec les pesticides !

Écrit par : Pat | vendredi, 23 décembre 2011

Les commentaires sont fermés.