Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 30 avril 2011

Un mois de mai anti-conformiste

Traditionnellement depuis la création de ce blog, le 1er mai je vous offrais de bon coeur un brin de muguet des bois ou muguet sauvage "cueilli" dans nos garrigues [1] [2]

Ne vous inquiétez pas cette année je ne dérogerai pas à la tradition. En voici la preuve :

1026203463.JPG

Mais, car il y a un "mais" sinon la note serait bien plate (comme ils disent au Québec)...

Il y a quelque temps je reçois un courriel me détrompant sur l'identité de cette jolie plante à clochettes. "je voulais juste préciser que ce que vous nommé comme du muget a Boucoiran c'est en fait une espèce d'orchidée sauvage "la céphalantère damasomium" , [...]Ces belles Orchidées de nos garrigues sont assé rare et protégé pour ne pas les confondre avec du muguet" (sic)* 

Curieuse, je mène mes petites recherches sur Wikipedia et ma bible de la garrigue et doit me rendre à l'évidence : "A Boucoiran, nous baignons dans l'erreur depuis des siècles et des siècles ! Amen !" ;-DD847663055.2.JPG

Notre muguet sauvage ou des bois est bien une orchidée, bien une céphalanthère, mais pas de Damas (fait pas bon traîner par là-bas en ce moment). C'est une "longues feuilles" (longiflora pour les botanistes/latinistes). "Ses fleurs blanches en forme de clochettes dressées,[...] son allure générale et sa floraison en sous bois vers le 1er mai lui vaut encore d'être nommée en Haut-Languedoc "muguet de montagne"." dixit "La Garrigue Grandeur Nature"

Un autre élément qui permet de différencier ces deux espèces c'est l'odeur ! Nous étions désespérés par l'absence de parfum de "notre muguet". Or la longiflora n'en a pas alors que la Damasonium est odorante

D'ailleurs Miss Wikipedia, qui s'y connait bien en fleurs de la garrigue, rajoute : "Confusion possible avec Cephalanthera longifolia (folia ou flora, on y perd son latin !!) dont les fleurs sont plus blanches et plus petites"

Voilà l'erreur est réparée en place publique, merci à Florian d'avoir remis les pendules à l'heure au Pied de la Tour et donc cette année je vous présente tous mes voeux de bonheur avec un brin de Céphalanthère Longiflora...

Avouez que ça  en jette, pour briller en société, mais franchement ce n'est pas très convivial, ni chaleureux, alors gardons notre appellation incontrôlée de "muguet des bois" ;-)

*****

Surtout que cette année il y aura bien d'autres raisons d'être contrariés au mois de mai !

Mai(s), mai(s), mai(s)... où sont passés tous nos jours fériés et nos ponts traditionnels de ce mois largement chômé habituellement ?

Pas UN jour de congé dans ce cinquième mois de cette année 2011 !

  • Pas la plus petite fête religieuse (l'Ascension et Pentecôte tombent en juin),
  • Pas la moindre commémoration (le 8 mai est un dimanche),
  • Pas de quoi fêter le travail (le 1er mai est un dimanche aussi !)

Ce mois de mai va être long comme un jour sans pain avec ses 31 jours ! Sûr que le dieu calendrier a entendu not'président et sa célèbre phrase "Travailler plus pour gagner...":-(

Et en plus, pour les superstitieux, il y aura un vendredi 13 ! Ah, à ce propos, si vous jouez et gagnez le gros lot au Loto, n'oubliez pas : le hérisson bleu fait 50/50 avec ses lecteurs ;-DDD

Une autre petite remarque sur les bizarreries de 2011. Cette année présente quatre dates "remarquables"

  • le 1/1/11
  • le 11/1/11
  • le 1/11/11
  • et le 11/11/11

Je vous rassure tout de suite ces deux derniers jours seront normalement chômés puisque ce sera un mardi et un vendredi ( deux week end à rallonge ?) ;-DD

Et pour finir un petit jeu :

Prenez les deux derniers chiffres de votre année de naissance, rajoutez l'âge que vous aurez cette année,.... le total devrait être : 111 !

Bon week end tout de même malgré l'énumération de ces "prises de tête", et si vous ne faites rien de spécial cet après-midi, venez avec nous grimper au Gran Ran...

Peut être que le Hérisson bleu va rester là-haut, et dès lundi le blog changera de nom : "Au Dessus de la Tour" ;-DDD

 

*Petite précision : En français, (sic) est couramment utilisé pour indiquer qu'on a retranscrit un texte littéralement pour rester fidèle aux propos tenus,que la citation a été recopiée en conservant la mise en forme. L'expression a aussi un sens plus large, pour montrer que l'on cite une phrase dont les termes ou le sens peuvent paraître étranges ou surprendre le lecteur. En tant que mot issu d'une langue morte ou étrangère (latin en l’occurrence), on l’écrit en italique : sic.

 

hérisson bleu muguet.JPG

jeudi, 28 avril 2011

Des tours et des détours

Patacol le hérisson bleu plume encrier.JPGIl y a quelques semaines j'avais osé mettre en parallèle la Tour de Londres et la nôtre à cause des corvidés qui leur tournaient autour ! J'aurais du attendre cette semaine pour cette audacieuse comparaison, elle aurait au moins eu  le mérite d'être d'actualité. Mais voilà le hérisson bleu lui non plus, n'a pas été invité at The Wedding alors il les ignore superbement, na ! ;-DDD

Restons Français !

Donc voici la question du jour : Quel est le point commun entre la tour de Boucoiran et la tour St Jacques à Paris ?

Aïe elle va encore nous saoûler avec son quart d'heure d'Histoire. Un quart d'heure par mois ça va, c'est pas encore l'overdose !

Deux petites photos pour meubler le temps de la réflexion...

 20081114.JPG  Tour_St-Jacques_des_quais siren.com.jpg

  • Bon déjà on va éliminer d'entrée un point qui saute aux yeux : elles ne sont pas du tout du même style architectural : Si la Parisienne est du gothique fin et élégant, la Boucoirannaise est du "défensif" costaud et carré !
  • L'une était tour à signaux, l'autre clocher d'église
  • La Francilienne date du début du XVI siècle (achevée sous François Ier, sa construction avait commencé sous le règne de son beau-papa, Louis XII, qui eux avaient en commun la "fameuse" reine Claude, fille de l'un et épouse de l'autre, et qui passa à la postérité en laissant son nom à une variété de prune !!), alors que la Gardoise date du XII e siècle (tout au moins la base)
  • L'une culmine à 58 m et rivalise avec ses voisines de la cathédrale Notre-Dame alors que l'autre ne mesure "que" 38m. Mais si la première a faillit y passer complètement à la Révolution, la seconde ne s'est vue "guillotinée" que de quelques mètres (créneaux ou chemin de ronde ?) sous Louis XIII lors des guerres de religion
  • Une est accolée à un château, l'autre est le seul vestige de l'église St Jacques de la Boucherie dans le 4e arrondissement de Paris (pas loin de l'hôtel de ville et de Beaubourg)
 
Alors... vous trouvez ?
 
Bon, laissez moi vous raconter un peu l'histoire de la Tour St Jacques

paris_tour_st_jacques_2 CPA.jpg

Nous avons vu qu'elle était le clocher de l'église du même nom. Survient la Révolution Française dans les années 1790 (comme tout le monde... ou presque... le sait). Et les églises pas plus que le clergé ou la royauté n'étaient en odeur de sainteté auprès des révolutionnaires. Comme bon nombre de ses "consoeurs" l'Eglise St Jacques fut réquisitionnée par la nouvelle République, fermée, transformée en salle de réunion et finalement vendue, détruite et ses pierres "recyclées" dans d'autres constructions plus "laïques". Son clocher en réchappa car son nouveau propriétaire, un certain Dubois, voulut en tirer profit !
 
Et il le loua à.... à.... à.... un fabricant de plombs de chasse ! qui faisait tomber au travers de cribles de différents calibres, du plomb fondu du haut de ses 58 m dans des cuves d'eau
 
Tout comme celle de Boucoiran, rachetée et restaurée par la famille Colombi à la fin des années 1940, la tour St Jacques ne dut son salut qu'à un entrepreneur entreprenant et au plomb de chasse !!

005b-Le château les trois tours.jpg

Et pour finir, cerise sur le gâteau, vous savez - ou vous vous rappelez - quel était le prénom de M.Colombi ?
 
Giacomo !
 
En français : Jacques !
 
Etonnant non ? ;-)
 
 
Un très grand merci à Christian, qui a fait cette découverte -et qui me l'a aussitôt fait partager- lors de la lecture d'un livre de Jean-Paul Rouland (et oui le frère de Jacques !) : "Petites histoires de l'Histoire de France"-éditions Hugo&Cie-
Un petit bouquin sans prétention, qui permet d'apprivoiser la Grande Histoire par le petit bout de l'anecdote
Les photos de la tour St Jacques proviennent des sites : siren.com pour la contemporaine et http://guy.joly1.free.fr/histoire_tour_st_jacques_la_boucherie.html pour la carte postale ancienne, ainsi que pour quelques renseignements supplémentaires sur cet édifice
Celles de la tour de Boucoiran font partie de la collection privée (n'est-ce pas ;-DD) du hérisson bleu

mercredi, 27 avril 2011

Encore un départ

adieu hélène

 

 

 

A Diou Hélène

 

 

Encore un grand pan de la mémoire boucoirannaise qui disparaît...

 

 

 hérisson bleu larme.PNG

mardi, 26 avril 2011

Au Pied des Deux Tours !

HPIM1428.JPG

HPIM1404.JPG

 

 

A la suite des dernières pluies orageuses de la St Marquet il a poussé de drôles de trucs au sud du village...

 

 

 

 

Et oui désormais il y a deux tours au pied du Gran Ran !

HPIM1397.JPG

HPIM1421.JPG

Un "joli petit pylone argenté" nous accueille maintenant à l'entrée sud de Boucoiran. Il est l'oeuvre d'Orange... et il va changer notre vie !!! Si, si ! Je vous assure ! (mais non je m'appelle pas Cerise de Groupama) [bling, bling : les royalties qui tombent dans mon escarcelle trouée ;-DDD]

Bon revenons à nos moutons, ou plutôt à nos communications ! Car la présence de ce relais téléphonique (puisqu'il faut bien appeler les choses par leur nom) va permettre aux téléphones portables de fonctionner PARTOUT sur le territoire de la commune ! Fini le no man's land des ondes, fini les appels téléphoniques "dans l'intimité" au dessus du tunnel, sur la Platanette, derrière l'église, au bord du Gardon,....

A partir de QUAND ? Ah, ça ! Il n'y a que le dieu Orange qui peut répondre et comme les fils ne sont pas encore tous raccordés....

HPIM1403.JPG

Et le champ tout vert devant le pylone vous savez ce que c'est ?

Dé césés !

Plaît-il ?

Oups j'ai encore oublié qu'il y en a qui ne sont pas d'ici :

Des pois chiches !

J'en avais jamais vu de ma vie (vous voyez bien que je ne sais pas tout !) et pourtant c'était une des cultures reines des jardins d'antan (ça c'est que je suis bien trop jeune ;-))

Et ça ne craint rien : ni les sols peu fertiles, ni la sècheresse, ni les maladies, ni la sauvagine. Et ça cale bien l'estomac ! Bon au départ ça craint bien un peu les sangliers c'est ce qui explique la clôture blanche que vous pouvez apercevoir sur certaines photos. Au fil des semaines je retournerai faire la curieuse et voir l'évolution de cette plante jusqu'à la mise en bocal par Ederki [re bling, bling]

SR011418.JPG

Pour revenir au village nous avons suivi avec Billy, le tracé -plutôt rocailleux- de l'ancienne déviation, abandonné au profit de la 2x2 voies

Très bonne idée !

Malgré le trafic incessant au dessus de nos têtes, le lieu est splendide en ce printemps : des fleurs et des végétaux en veux-tu, en voilà, et des parfums multiples et entêtants

Le mur végétal mis en place à l'époque par la DDE est en plein boum

HPIM1441.JPG

Les acacias, les genêts, le lin, le sainfoin, les marguerites,... tout ceci est un ravissement pour les yeux et le nez... et en se bouchant les oreilles on se croirait presque à la campagne ;-DDD

HPIM1430.JPG  HPIM1431.JPG 

HPIM1456.JPG  HPIM1447.JPG

HPIM1457.JPG

HPIM1454.JPG

Et pour finir je vous présente un joli coin[G] du Midi

HPIM1464.JPG

ben oui, les arbres au 1er plan sont des cognassiers

HPIM1480.JPG  HPIM1482.JPG

et les soins phytosanitaires qui vont avec (enfin je l'espère !!)

HPIM1475.JPG HPIM1476.JPG

Une petite dernière pour réparer un oubli dans les flors blancas de la note précédente : HPIM1485.JPG

Le sureau et son parfum si envoûtant

 

 

Patacol le hérisson bleu fleur.JPG

 

 

 

dimanche, 24 avril 2011

Le Grand Blanc

Il ne faut pas croire qu'il n'y a que l'amélier dé la foun dé Nîmes qué faï dé flors blancas...

LIBERTE D'ECOUTE : Si vous souhaitez écouter la musique qui va avec cette note cliquez sur la flèche dans le lecteur ci-dessous !

fleurs blanches

fleurs blanches

samedi, 23 avril 2011

Quand le calendrier fait la pluie et le beau temps !

hérisson diable.PNGAujourd'hui samedi 23 avril de l'an de grâce 2011 après J.C. (qui est mort hier et qui ne ressucitera que demain, en attendant on est pas dans la.... Oups désolée un coup de mécréantise incontrolée ;-)) c'est la Saint Georges !

Et "s'il pleut à la St Georges, sur cent cerises on en aura quatorze !" nous apprend le dicton !

Ben là aussi excusez-moi mais on est pas dans le caca, parce que avec le temps qu'il a fait tout le jour...

Tiens en passant un petit problème digne du certificat d'études :

HPIM1063.JPG

"Considérant cette branche de cerisier bien garnie, pouvez-vous me dire, en appliquant le dicton ci-dessus, combien il en restera quand elles seront mûres ?" ;-DDD

Mais savez-vous que ce cher Georges (mais non, pas celui qui part de la cafetière...) fait partie des Saints Cavaliers, ou Chevaliers ?

Dé qué es aco ?

Ben dans le Midi, surtout chez les vignerons et les horticulteurs, on les craint comme la peste noire, ces quelques jours d'avril et de mai qui peuvent être venteux, frileux ou grêleux. Surtout qu'ils sont suivis des Saints de Glace (mais non, pas le film avec Alain et Mireille...) et en pleine lune rousse... qui souvent vide la bourse !

Laissez-moi vous les présenter :

  • Le 23 avril : St Georges Jourget
  • Le 25 avril : St Marc Marquet
  • Le 30 avril : St Eutrope (qui a laissé sa place à Robert) → Troupet
  • Le 03 mai  : St Philippe ou Ste Croix Philippet ou Crouzet
  • Le 06 mai : St Jean-Porte-Latine (de nos jours St Marcellin) → Jouanet

Ici on leur donne des petits noms pour tenter de les amadouer

Rabelais, déjà en son temps, les appelaient "saints gresleurs, geleurs, et gasteurs de bourgeons" et un autre dicton accuse "Marquet Jorget et Philippet d'être des briseurs de gobelets" tant ils peuvent décider de la récolte de la vigne. D'ailleurs ils sont aussi surnommés "les saints vendangeurs" !

Les Saints de Glace aussi ont piètre réputation auprès des gens que la terre fait vivre

  • Le 11 mai : St Mamert (aujourd'hui Ste Estelle)
  • Le 12 mai : St Pancrace (aujourd'hui St Achille)
  • Le 13 mai : St Servais (aujourd'hui Ste Rolande)

Ils marquent un possible dernier sursaut des températures hivernales, surtout des gelées matinales (la barbaste ou le djalibre en langue de chez nous), si bien que tout jardinier qui se respecte attend que cette période fatidique soit passée pour mettre en terre ses plants les plus fragiles

Voici un petit récapitulatif en image de toutes ces dates et ces noms qui ont tendance à se mélanger dans les mémoires

avril 2011.jpg

Mai 2011.jpg

Pages extraites du calendrier de l'A.P.B.P. et complétées par Bibi !

Vous pouvez cliquer dessus pour les agrandir

Petites précisions :

  • Pourquoi Estelle, Achille et Rolande ont-ils pris la place de Mamert, Pancrace et Servais ? Ben parce que l'Eglise n'aime pas qu'on marche sur ses plates-bandes et qu'elle trouvait que d'implorer la clémence des Saints pour son jardin avait un petit côté païen. Et ça date pas de la Sainte Inquisition mais de 1960 !!!!
  • Pourquoi ce retour de bâton de la part de la saison froide ? Selon les scientifiques, à cette période la Terre traverse un nuage de poussières venues d'ailleurs (!), qui fait écran au rayonnement solaire, d'où petite fraîcheur !
  • Pourquoi l'appellation de "lune rousse" pour la lunaison (intervalle de temps séparant deux nouvelles lunes - la lune est nouvelle quand elle ne se voit pas dans le ciel...même sans nuage ;-)) d'avril-mai ? Deux réponses possibles : à cette époque elle arbore une belle couleur rouge/orangé et elle "roussit", à cause du gel, les jeunes feuilles et les bourgeons !

Ouf j'ai bien cru que je n'arriverais pas à terminer cette note avant la St Fidèle et le retour des cloches !

Joyeuses Pâques !

pâques.PNG

Sources diverses et variées sur Internet, dont suite101.fr - Colette Weinstein - Wikipedia - lacalmette.midiblogs.com - gerard-verhoest.com

Et dans 10 mois je vous parlerai des "bacherïous" si, d'ici-là, je n'ai pas re-perdu le document que je viens à l'instant de retrouver.... en tournant une page !!! 

vendredi, 22 avril 2011

Un dimanche matin au bord du Gardon

Patacol le hérisson bleu fleur.JPG

Aujourd'hui je vous propose un petit retour en arrière ensoleillé, puisqu'il parait que la fin de cette semaine sainte va être nuageuse [pour le moment ça n'en prend pas le chemin]

HPIM1087.JPG

 

Dimanche dernier longeant un beau talus herbeux et "coquelicotier", le hérisson bleu et son fidèle collaborateur à quatre pattes découvrirent de mignonnes petites traces de pattes dans "la cathédrale" sous la 2x2 voies et décidèrent de les suivre en direction du Gardon....

HPIM1091.JPG

Pour rejoindre la rivière qui coule un peu plus à l'est il faut traverser une bonne partie du lit asséché ou délaissé par le Gardon. En effet celui-ci est plutôt lunatique et entre deux montées des eaux il hésite entre le territoire de Cruviers et celui du Pied de la Tour. Le terrain est malaisé car il faut slalomer entre les nouveaux jets de pivoles [les peupliers] tout en marchant sur les galets inégaux et instables, au milieu d'une végétation foisonnante. Les ornières creusées par les quads offrant de temps en temps des chemins plus convenables

On y croise aussi quelques créations originales, comme ce rastugan* coincé dans une branche

HPIM1107.JPG

Tout comme à l'autre bout de la Gaule (le pays, pas la canne à pêche) dans le village d'irréductibles Gaulois d'Armorique, et plus particulièrement autour de la cabane d'Ordralphabétix, ça sent pas mal le poisson faisandé... et au détour d'un galet on découvre, stupéfaits, une belle mate de frigoule**, ingrédient indispensable pour assaisonner le susdit poisson !

HPIM1094.JPG      HPIM1095.JPG

Au même endroit une cagaraoulette se soureilhe***, perchée sur une euphorbe

HPIM1099.JPG

Billy, comme à son habitude, en prend cinq à l'ombre, en attendant patiemment que la séance photo se termine

HPIM1101.JPG

Et puis, enfin, la vue qu'on espérait....

HPIM1102.JPG

qui se renouvelle à l'infini....

HPIM1108.JPG

Billy, qui se régale, nous rejoue Laura Ingalls dans le générique de "La petite maison dans la prairie"

HPIM1110.JPG

En rentrant à nouveau dans les terres, il s'offre à nous de belles ouvertures sur le village dans un écrin de verdure printanière

HPIM1113.JPG

HPIM1131.JPG

Loin de toute politique, on peut même vous offrir un programme commun : vue de droite et vue de gauche réunies

HPIM1118.JPG

et sa version panoramique

SR011126.JPG

Même les digues, aménagées pour briser les flots furieux en temps de crue, se parent de fleurettes

HPIM1117.JPG

Et les nombreux iris sur fond aquatique auraient bien de quoi inspirer quelque peintre talentueuxHPIM1136.JPG

HPIM1139.JPG

 

HPIM1143.JPG

 

 

Tiens un cactus égaré... rien de comparable avec ses congénères de la Jassette, l'environnement humide ne doit pas lui convenir :-(

 

 

 

 

Revenus sur le chemin de Boucoiran à Brignon deux Camargue viennent à notre rencontre, des fois qu'on aurait un petit picotin à leur proposer...

 

HPIM1144.JPG   HPIM1151.JPG   

HPIM1148.JPG

HPIM1152.JPG

Je n'ai, malheureusement qu'un brin... de causette à leur offrir, ce qui ne semble pas les satisfaire pleinement ;-)

Une fleur plutôt originale attire l'oeil du photographe...

HPIM1156.JPG

Revenue à la maison je potasse ma bible de la garrigue****. Je peux donc vous dire qu'il s'agit du bouton floral du Salsifis Austral, plante qui est comestible de la tête au pied ! Dommage de croquer une si jolie fleur qui donnera plus tard un "lunet" (akène de son nom savant) que les grands enfants comme le hérisson bleu s'amuseront à souffler pour en éparpiller les graines, comme on le fait pour les fleurs de pissenlits

Et pour finir cette agréable promenade ensoleillée, tempérée par un petit vent du Midi, je vous offre une jolie fleur rouge sur fond vert, avec un bisou pour Eliane qui va bientôt revenir dévarier***** (dans le bon sens du terme ;-)) tout son petit monde de ce côté-ci de la planète

 gardon,iris,rivière,thym,peupliers,chevaux,coquelicot

 Afin de ne pas désorienter, voire même décourager certains lecteurs, voici un petit lexique qui leur permettra d'identifier les mots suivis d'*****

*rastugan : ouille aïe ça c'est peut être un mot un peu à la sauce hérisson bleu, il désigne les végétaux séchés qui restent coincés dans les arbres le long des rivières après un débordement intempestif de celles-ci

**une mate de frigoule : une touffe épaisse de thym en l'occurence, parce que ça peut désigner toutes autres sortes de végétaux

***une cagaraoulette se soureilhe : un petit escargot prend le soleil, avouez que ça a bien moins de charme en français :-(

**** ma bible de la garrigue : il s'agit de "La Garrigue grandeur nature" de Jean-Michel Renault aux éditions "Les créations du Pélican"

***** dévarier : troubler, déboussoler,... mais c'est pas vraiment ça, c'est.......dévarier quoi ! ;-DDD

mardi, 19 avril 2011

GGGRRRR !

Je me proposais de vous faire partager mes (modestes) découvertes sur la Platanette au travers d'une note bucolique.... ben c'est raté !

Depuis, le désherbant chimique est passé par là !

HPIM1168.JPG     HPIM1172.JPG

hérisson triste fleurs fanées.JPG

Mise à jour du mercredi 20 avril : je reviens un peu sur cette note écrite sous l'emprise de la colère qui est, comme chacun le sait, mauvaise conseillère.

Loin de moi l'idée de critiquer ou donner des conseils à ceux qui ont la lourde charge de s'occuper de la gestion municipale, vu que je n'ai aucune pratique en la matière

Mais en fouillant un peu sur la Toile on y trouve parfois des solutions alternatives à l'épandage de pesticides en milieu "urbain". C'est sûr ça demande quelques investissements financiers et humains mais si ça peut améliorer notre cadre de vie...

Juste une phrase tirée du site de la ville d'Auray dans le Morbihan [http://www.auray.fr/accueil/desherbage/] :

 "Une mauvaise herbe est moins toxique qu'un désherbant chimique"

Et surtout plus esthétique verte que jaune, et puis le climat étant ce qu'il est par chez nous, dans deux mois elles seront jaunes "naturellement"

Et vous pouvez bien me traiter d'écolo, vous aussi vous l'avez respiré le désherbant toxique hier, ainsi que vos enfants et les deux employés municipaux, surtout avec la petite brise marine qui soufflait......

Les JDP sont sur les rails !

journées du patrimoine, balades, exopo photos, jeu de piste,projets

Juste une info "express" :

Les Journées du Patrimoine sont lancées sur la commune, suite à la réunion qui a eu lieu hier soir à la mairie. Un grand Merci aux 17 Boucoirannais qui se sont déplacés (on en attendait pas tant ! ;-))

Trois groupes ont été formés pour mettre sur pied trois animations touchant tous les âges et anciens comme nouveaux Boucoirannais, et même les "estrangers" de l'extérieur seront les bienvenus (c'est dire ! ;-))

  • Un groupe Balades et Découverte qui va, entre autres, vous faire grimper non pas au rideau mais au Gran Ran !
  • Un groupe Jeu de piste pour enfants qui permettra aux bambins (et à leurs parents) de découvrir de façon ludique le village
  • Un groupe Expo qui au travers de clichés et d'objets usuels fera revivre le quotidien du village à travers les générations

Plus de renseignements vous seront fournis au fur et à mesure de l'avancement des projets, mais si vous souhaitez vous joindre à nous, faire partie d'un groupe ou de plusieurs, nous prêter main forte ou des photos et objets,...

vous êtes les très bienvenus!

Et notez, d'ores et déjà, dans vos agendas les dates suivantes :

 Samedi 17 et dimanche 18 septembre 2011 !

pour les 1e JDP au Pied de la Tour

 

journées du patrimoine, balades, exopo photos, jeu de piste,projetsLe hérisson bleu reconnaissant

dimanche, 17 avril 2011

Cure de jouvence

Ou comment rajeunir de 40 ans en un dimanche après-midi !

écoliers, enfance, jeux, souvenirs

Rien de plus simple :

  • créer un blog qui parle, avec nostalgie parfois, d'un joli petit coin du Midi et y publier de temps en temps quelques photos de classe,
  • s'inscrire sur un site qui permet aux copains d'avant de reprendre contact,
  • renouer les liens distendus par le temps et la distance, grâce à la fabuleuse technologie d'Internet,
  • prendre rendez-vous par un bel après-midi de printemps au Pied de la Tour,
  • se retrouver toutes émues au champ de foire et arpenter trois heures durant ruelles et chemins en échangeant des souvenirs, d'une précision phénoménale en ce qui concerne Béatrix qui avait quitté Boucoiran en 1972 à l'âge de 8 ans
  • et finalement se séparer en se promettant de se revoir très vite, et pas dans 40 ans comme l'ont insinué les époux de ces dames ;-)

écoliers, enfance, jeux, souvenirs

Béatrix a encadré de façon très originale la seule photo de classe en sa possession, prise au Pied de la Tour en 1970 (si vous en avez d'autres, de classe ou en dehors, elle serait ravie d'en avoir une copie)

écoliers, enfance, jeux, souvenirs

Les trois amies rajeunies : Béatrix, Joséphine et Pat

C.Q.F.D.

J'espère que vous ne m'en voudrez pas les filles, mais je vous ai bien dit que j'adorais partager les bons moments... et puis si on pouvait "faire école" auprès de nos condisciples sur la photo ;-)

écoliers, enfance, jeux, souvenirs