Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 07 septembre 2011

GARE DE NOZIERES - SAMEDI 7 SEPTEMBRE 1957 - 12h35

Reprise d'archives - note déjà parue le 7 septembre 2009 - les 6 premiers commentaires datent d'il y a 2 ans

-------------------------------------------------------------------------------------------------

GARE DE NOZIERES - SAMEDI 7 SEPTEMBRE 1957 - 12h35

L'été s'achemine doucement vers l'automne.

La rentrée scolaire se profile à l'horizon.

passage à niveaux Nozières.jpg

Dans la plaine entre Alès et Nîmes un train file à toute allure.

Il est rempli de voyageurs heureux de profiter de ces dernières heures de vacances, de rentrer à la maison, de profiter du week end...

Nozières avenue Gare Delcampe.JPG

Dans la douce chaleur de la mi-journée, le temps suspend son vol au dessus de Nozières et La Réglisserie à l'heure de la pause déjeuner.

Il s'y arrêtera définitivement pour 27 personnes.

gare Nozières 12h35.jpg

GARE DE NOZIERES - SAMEDI 7 SEPTEMBRE 1957 - 12h35

La locomotive à vapeur de l'express Paris-Nîmes n°1115 déraille à près de 100km/h, à hauteur de la gare de Nozières/Brignon sur un aiguillage provisoire du à des travaux, entraînant dans sa chute les neuf wagons bondés qu'elle tracte depuis Paris.

La quiétude estivale se transforme alors en cauchemar dans le bruit assourdissant des tôles fracassées qui s'enchevêtrent au bord de la voie, dans une odeur de charbon brulé, odeur méphitique s'il en est.

Un instant de silence stupéfait succède au tumulte. Puis il se remplit peu à peu de cris de douleur, de peur, d'appels angoissés.

Loco couchée Match.jpg

L'aide et les secours arrivent de tous côtés, tous les riverains se mobilisent pour prêter main-forte aux sauveteurs dans leur affolante mission d'extraire de cet amas de ferraille fumant des survivants, des blessés, et malheureusement 26 corps sans vie (une personne décèdera quelques jours plus tard de ses blessures).

Une Midi Libre.jpg

Ils devront y travailler de longues heures.

Heures très (trop) longues pour les familles angoissées attendant des nouvelles rassurantes de leurs proches prisonniers des wagons.

Le Provençal du 8 septembre 1957

 

La solidarité et l'entraide ne seront pas de vains mots dans cette tragédie.

GARE DE NOZIERES - SAMEDI 7 SEPTEMBRE 1957 - 12h35

IL Y A 54 ANS AUJOURD'HUI !

Beaucoup d'acteurs de ce très mauvais scénario nous ont quitté depuis, mais cet accident ferroviaire, du vraisemblablement à une tragique erreur humaine, est resté gravé dans la mémoire collective en Gardonnenque et ne doit pas tomber dans l'oubli.

Un site internet est entièrement consacré à cette tragédie : http://noziersbrignon1957.e-monsite.com/accueil.html 

Les auteurs sont  deux personnes (Emilie et Georges) directement -pour la première- et indirectement -pour le second- concernées par cet événement.

Il est particulièrement bien renseigné et très détaillé, on y retrouve des témoignages poignants.

Si vous souhaitez apporter le votre (si modeste soit-il) n'hésitez pas à les contacter : nozieres1957@gmail.com  

Vous trouverez un complément d'information et d'autres témoignages dans deux articles parus sur l'édition de Nîmes du Midi Libre du 7 septembre 2007, cinquante ans après la catastrophe en cliquant sur le lien suivant ML+accident+ferroviaire+Nozières+1957.pdf. (Fichier PDF - Pour visualiser les documents PDF, télécharger Acrobat Reader gratuitement)

Photos extraites du site  http://noziersbrignon1957.e-monsite.com/accueil.html avec l'aimable autorisation des auteurs.

Sauf la gare de Nozières de nos jours : Patacol

Patacol le hérisson bleu.JPGet les cartes postales anciennes.

 

Commentaires

Difficile de faire un commentaire sur cette note, merci à Patacol de nous remettre en mémoire ce tragique accident, au jour et à l'heure anniversaire.
Je suis allée sur le site proposé ; très émouvant l'hommage rendu par les petits enfants...on ressent toute l'intensité émotionnelle, la joie, la peur, la douleur, l'espoir, le souvenir. Un bel hommage rendu aux victimes.

Écrit par : colapat | lundi, 07 septembre 2009

Moi j'étas petite fille, et me souviens trés bien, du va et vient des volontaires Boucoirannais pour porter secours à tous ces malheureux!et avec mon amie(de Nozières!!) on ne perdait pas un commentaire!!Plusieurs fois, j'ai parlé à mon entourage de ce déraillement de train, car c'était la première fois, que je ressentais que quelque chose de grave était arrivé!!! il ne faut pas oublier....c'est trés bien d'avoir eu cette pensée Pat!!

Écrit par : Magali de Gannat | lundi, 07 septembre 2009

j'ai entendu parler de ce grave accident à mon arrivée à boucoiran,et cela m'avait impressionné.mais s'est o,n depuis posé les bonnes questions sur la sécurité de ce passage à niveau de nozières?

Écrit par : ddb | dimanche, 13 septembre 2009

Un grand merci Patacol pour cet article très bien fait, qui, lui aussi, permettra de ne pas oublier cette tragédie!
Lorsque j'ai voulu avoir des infos sur l'accident qui a touché ma famille, il n'y avait qu'un grand vide sur la toile, j'ai eu la chance de trouvé Georges qui a fait un magnifique travail de recherche, et que je ne remercierais jamais assez!
Merci aussi a Colapat, votre commentaire m'a beaucoup touché.

Écrit par : Emilie | samedi, 07 novembre 2009

Quand j'ai cherché moi aussi des renseignements sur cet accident, qui s'est passé sept ans avant ma naissance, je ne pensais pas tomber sur un site aussi bien fait et aussi renseigné.
Tout ce qui se passe ou s'est passé dans ma commune m'intéresse, et il y a des choses qu'on ne peut oublier ou passer sous silence.
La vie est gaie, la vie est triste, on fait avec...
Merci Emilie d'être venue faire un tour au pied de la tour ;-)

Écrit par : Patacol | samedi, 07 novembre 2009

Je viens de "tomber" sur ce site et bien entendu malgré mes 11 ans à l'époque,je reste encore choqué car j'ai vu dérailler le train. Mes parents habitaient le passage à niveau,ce jour là nous étions en train de manger,l'express était en retard ,en entendant son arrivée mon père se leva brusquement ,ma mère aussi.ils avaient compris.En sortant j'ai regardé la machine,il n'y avait personne du coté droit,mon père dit à ma mère,il ne passera pas.Le chef de gare levait les bras au ciel mais en vain.Sur l'aiguille,le train s'est penché puis c'est écroulé sur le ballastre dans un nuage de poussière et de vapeur d'eau.Je n'oublie pas et je pense aux victimes .Sincèrement.TERAL.

Écrit par : teral | mercredi, 31 mars 2010

j'habitais dans les Bouches du Rhône et le samedi 7 septembre 1957 j'étais en vacance à BOUCOIRAN chez mes grands parents quand vers midi et demi mon père, qui étais venu nous chercher pour retourner à BOISVIEL, nous dit " si vous voulez voir le train qui vient de dérailler " ...
et on embarque dans la traction avant direction NOZIERES ... et là j'ai vu et entendu ... la locomotive qui perdait sa vapeur ( même qu'il y en a qui disaient qu'elle risquait d'exploser ) ... des gens dans les wagons, couchés sur le côté, qui hurlaient ... des hommes en blanc qui descendaient par les fenêtres, aux vitres cassées, avec une scie à métaux ... le plus c'est que comme le wagon que je regardais était en pente et du sang coulait sur la voie ferrée ...

Écrit par : le bouif | mercredi, 07 septembre 2011

j'ai le " PARIS MATCH " N° 441 du 21 septembre 1957 où il est écrit sur la couverture " LA CATASTROPHE DU TRAIN FOU " ... le reportage texte et photos de la page 60 à la 73 ...

Écrit par : le bouif | mercredi, 07 septembre 2011

Vous pourrez retrouver ce Paris Match - des copies de l'article - lors des Journées du Patrimoine à Boucoiran les 17 et 18 septembre prochains...

Écrit par : Pat | mercredi, 07 septembre 2011

Excellent article, chapeau Pat !!!!

Écrit par : AKELA | mercredi, 07 septembre 2011

Merci Akela c'est beaucoup moins gai que les cigognes mais ça fait partie de l’histoire de mon village et on ne peut pas le passer sous silence

Écrit par : Pat | mercredi, 07 septembre 2011

Triste événement en effet qui fait partie de l'histoire de nos villages et qui marque encore les mémoires ! Félicitations encore pour ce gros travail de recherche.

Écrit par : Marsel | vendredi, 09 septembre 2011

Jeune chauffeur de route au dépôt de Nîmes de réserve se jour la j'ai amené le wagon de
secours en gare de Noziéres . A mon arrivée j'ai eu comme consigne la garde de l'enregistreur de vitesse jusque a l'arrivée des autorités et de l'agent qui devait
retirer la bande enregistreuse du chrono de la locomotive.
Se fut certainement la journée la plus difficile de ma carrière terminée 25 ans plus tard.

Écrit par : Blachier Roland | mardi, 20 mars 2012

Merci Roland de votre témoignage et de votre passage au Pied de la Tour
C'est bizarre les coïncidences : pas plus tard que cet après-midi, aux archives municipales, j'ai ouvert le dossier de cette catastrophe, mais c'était trop poignant et je ne suis pas allée bien loin dans ma lecture...
J'espère que vous avez fait un tour sur le site d'Emilie et Georges : http://noziersbrignon1957.e-monsite.com/accueil.html

Écrit par : Pat | mardi, 20 mars 2012

Les commentaires sont fermés.